Publié le 15/03/2018 à 07:20 / Talluto Franck

Bilan

Comice agricole de Feurs : la satisfaction au rendez-vous
Nombre de visiteurs en hausse, qualité constante des animaux exposés, cours satisfaisants, animaux presque tous vendus... autant de points positifs qui caractérisent l'édition 2018 du comice agricole de Feurs et qui donnent satisfaction tant aux organisateurs qu'aux éleveurs-exposants. Retour dans cette page et les suivantes sur cet événement forézien d'ampleur régionale.

Comice agricole de Feurs : la satisfaction au rendez-vous

L'édition 2018 du comice de Feurs est « une réussite totale », indiquait le président de l'association en charge des concours dans les écuries, Pierre Dosson : tous les animaux se sont vendus, le nombre d'entrées payantes a franchi la barre des 10 500, les éleveurs sont satisfaits, l'ambiance était bonne... « C'est une grande satisfaction pour nous, organisateurs. » Ceci est lié notamment à la notoriété du comice agricole de Feurs, qui n'est plus à démontrer. Les éleveurs avaient inscrit plus d'animaux que de places disponibles pour les différents concours, preuve que ce rendez-vous présente toujours autant d'attrait. Une sélection a dû être opérée, assurant ainsi un bon niveau de qualité des animaux.

 

Et les acheteurs ne s'y sont pas trompés. Ils étaient cette année encore nombreux à attendre, derrière les portes des écuries ou devant le chapiteau, que le jugement se termine pour pouvoir approcher les animaux et en acquérir un ou plusieurs. « La première performance a été que le jugement soit terminé dès 10 heures, expliquait Pierre Dosson lors de la remise des prix le dimanche matin. L'autre performance est que la quasi totalité des animaux ait été vendue. Nous abordions l'édition 2018 avec une incertitude quant aux ventes et aux cours. Finalement, c'est une grande satisfaction pour les organisateurs et pour les éleveurs de voir que les animaux se sont vendus, même si les cours ne sont peut-être pas aussi élevés que certaines années. » La notoriété se mesure également au nombre de partenaires de cette manifestation : « Nombreuses sont les entreprises à sponsoriser, offrir des lots pour la remise des prix, à acheter des billets d'entrée... » La longue table accueillant la multitude de lots et trônant à la remise des prix en est la preuve.

Plus de 10 500 entrées payantes

Autre preuve de la notoriété du comice : plus de 10 500 entrées ont été vendues soit au guichet les vendredi, samedi et dimanche, soit en amont du comice par les organisateurs aux entreprises, associations, organisations agricoles... Le nombre d'invitations envoyées aux acheteurs d'animaux potentiels, aux écoles d'agriculture et autres partenaires fait grimper ce chiffre. Sans compter les enfants, qui ne paient pas l'entrée jusqu'à 14 ans. Et ils ont été nombreux à parcourir les allées des écuries et de La ferme aux enfants (mini-ferme).

 

Des écoles et crèches foréziennes avaient été invitées par les organisateurs pour découvrir le comice et avoir une visite guidée personnalisée de La ferme aux enfants. Les familles, quant à elles, ont pu découvrir librement cet espace, tout en pouvant poser des questions aux animateurs. Les enfants (hors écoles et crèches) ont pu prendre part à un tirage au sort pour tenter de gagner un tracteur à pédales ou d'autres jouets relatifs à la ferme. Et quelle surprise en ouvrant l'urne : plus de 900 tickets de participation y avaient été déposés. Autre preuve que les jeunes visiteurs ont été nombreux au comice le week-end dernier.

Présence du président de la FNB

Cette notoriété, Bruno Dufayet, président de la Fédération nationale bovine, a pu la mesurer par lui-même samedi. Il avait été invité par le président Dosson. « Le comice agricole et la foire-exposition sont impressionnants », commentait-il avant de reprendre la route vers le Cantal. Il notait également « la qualité des animaux » et « la rigueur de l'organisation » : « Je mesure le savoir-faire des éleveurs et je me rends compte que le message sur les attentes de la filière en matière de finesse d'os passe. D'ailleurs, je constate aussi que le comice de Feurs n'est pas un comice des éleveurs mais bien un comice des filières. On sent la volonté de mettre ici en avant l'ensemble de la filière viande. L'ouverture au grand public est intéressante. Dans un contexte où les consommateurs se posent beaucoup de questions, le comice et les éleveurs présents apportent des réponses. » C'est d'ailleurs pour cela que pour la première fois des écrans avaient été installés au sein des écuries pour diffuser des messages sur la filière viande et qu'une dégustation de viande bovine était organisée devant La ferme aux enfants par la section bovine de la FDSEA.


Lors de la remise des prix, le président de la Chambre d'agriculture, allait dans le même sens que le président de la FNB. Il a souhaité encourager les éleveurs, en s'adressant directement à eux : « Soyez fiers de votre métier. L'agriculture a traversé des périodes compliquées, mais elle a su s'adapter aux évolutions. Le comice en est la preuve. » « La seule manière de garder des agriculteurs sur le territoire est de mettre des produits locaux dans les assiettes, poursuivait-il. Mais les consommateurs sont déboussolés. C'est aux agriculteurs de se retrousser les manches, de parler de leur travail et de leurs produits. » C'est ce qui est fait pendant le comice : « Les agriculteurs doivent aussi donner envie aux jeunes générations d'aller vers l'agriculture. Ils doivent transmettre leurs savoir-faire. »

Une organisation saluée

A la remise des prix, chacun des intervenants a pu saluer la capacité d'organisation et l'implication des membres de l'association du comice qui entourent Pierre Dosson. Chantal Brosse, vice-présidente du Conseil départemental en charge de l'agriculture, avançait trois mots concernant l'édition 2018 du comice : communication (auprès du grand public) ; dynamisme (des éleveurs « qui préparent leurs animaux depuis plusieurs mois », de l'association « qui propose chaque année des nouveautés ») ; économie (« les filières d'élevage sont porteurs de beaucoup d'emplois »). Julien Borowczyk, député, a lui aussi témoigné de son soutien à la manifestation et à l'agriculture.


Jean-Pierre Taite, vice-président du Conseil régional en charge de l'agriculture, a redit tout l'intérêt porté par le président Wauquier à l'agriculture : signature récente de quinze plans de filières pour soutenir les filières agricoles, large augmentation du budget dédié à l'agriculture en deux ans. Chantal Brosse a elle aussi cité plusieurs actions portées par le Conseil départemental en faveur de l'agriculture (introduction de produits locaux dans les établissements médicaux-sociaux, aides à l'investissement autour de l'eau, etc.).

Lucie Grolleau Frécon
Retrouvez plus d'article et tous les palmarès dans notre JQC
Mots clés : LOIRE AGRICULTURE ÉLEVAGE BILAN ÉCURIES COMICE DE FEURS BRUNO DUFAYET MARS 2018 FÉDÉRATION NATIONALE BOVINE FNB