Publié le 23/01/2018 à 14:35 / Talluto Franck

Cérémonie de voeux

Le monde économique s'adresse aux acteurs du territoire
C'était une première dans la Loire : les trois chambres consulaires organisaient conjointement une cérémonie de vœux, lundi 22 janvier à Saint-Etienne. Présidents de la délégation à Saint-Etienne de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne, de la Chambre de métiers et de l'artisanat de la Loire et de la Chambre d'agriculture se sont donc succédé à la tribune.

Une cérémonie, trois présidents : Raymond Vial, Georges Dubesset et François Méon.

Rien d'illogique à ce que les trois chambres consulaires ligériennes - Chambre d'agriculture, Chambre de métiers et de l'artisanat et Chambre de commerce et d'industrie - organisent, lundi 22 janvier à Saint-Etienne, une soirée conjointe pour des vœux du monde économique. Toutes accompagnent les acteurs de l'économie du département. De plus, elles travaillent déjà ensemble sur certains dossiers et seront sûrement amenés à accentuer leur collaboration.

 

Pour Georges Dubesset, président de la Chambre de métiers et de l'artisanat de la Loire, « nous sommes des établissements publics au service de l'intérêt général. Nous sommes ancrés dans le territoire et nous le faisons vivre. Nous rassemblons l'ensemble du monde économique de la Loire ». Et de préciser : « Nous travaillerons en commun, mais en faisant chambre à part... » Il faisait écho aux propos du président de la délégation à Saint-Etienne de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne, François Méon : « Si les chambres consulaires se rapprochaient, nous serions encore plus compétents pour créer plus de valeurs pour les entrepreneurs. »

L'avenir économique du département

Pour François Méon, le message était clair. « On est plus fort quand on agit ensemble », a-t-il répété à plusieurs reprises. Il en veut par exemple pour preuve le rapprochement des CCI. La baisse de la ressource fiscale de 35 % a conduit à la fusion des CCI, mutualisant ainsi les expertises. Mais les CCI vont devoir faire face « à une nouvelle baisse de la ressource fiscale de 19 % », impactant « leurs actions et programmes. Le combat n'est donc pas terminé ». François Méon poursuivait : « Les CCI doivent aller plus loin, se réinventer. C'est la seule façon pour faire face à la raréfaction de l'argent public, à l'évolution de l'économie et du numérique. »


Raymond Vial, président de la Chambre d'agricutlure, signalait que les filières agroalimentaires constituent le deuxième employeur du département : « Les industries agroalimentaires permettent d'avoir des agriculteurs debout. » Logique donc pour lui que « le monde économique parle d'une même voix ». Georges Dubesset rappelait de son côté que l'artisanat est « la première entreprise de France ». Dans la Loire, l'il représente 16 000 entreprises, 30 000 emplois : « L'avenir économique se joue avec l'artisanat. Mais l'avenir n'offre des perspectives que si nous sommes lucides sur le présent. » Il a fait alors allusion au projet de l'A45 : chaque jour, les entreprises « perdent du temps sur l'A47, et des commandes... ». L'A45 est « vitale pour l'avenir économique de plusieurs départements ».

 

François Méon allait dans le même sens : l'A45 est « un projet indispensable pour l'avenir économique des entreprises, pour le développement économique de Lyon, de Saint-Etienne, de Rhône-Alpes et de l'Auvergne. Ce projet fait l'unanimité au sein du monde économique. La mobilisation reste forte à Saint-Etienne. Si cette autoroute ne se fait pas, l'Etat devra en porter la responsabilité ». Raymond Vial a abordé le projet de l'A45 sous un autre angle : « Nous pouvons compter sur l'engagement des collectivités pour soutenir l'économie du département. Les grands projets d'infrastructures sont souvent contestés, mais utiles. »

Préparer demain

Le président de la Chambre d'agriculture rappelait néanmoins tout l'intérêt de préserver le foncier agricole car « il est le premier outil de travail de l'agriculteur. Nous devons tous en être conscients ». Il insistait également sur la nécessité de mener dans le département une véritable politique de l'eau pour aider l'agriculture « à faire face aux changements climatiques qui fragilisent les exploitations et leur équilibre économique », notamment avec la création d'ouvrages de stockage de l'eau « pour l'abreuvement des animaux et l'irrigation pour permettre l'autonomie fourragère, le développement de l'agriculture biologique, la diversité des productions qui répondent aux attentes sociétales ». Raymond Vial indiquait également que la Chambre d'agriculture travaille d'arrache pied sur le renouvellement des générations en agriculture : « Si l'on veut encore manger français demain, il faut des agriculteurs sur tout le territoire. » Elle œuvre aussi sur le développement des circuits courts et l'approvisionnement local de la restauration hors foyer.

 


François Méon a quant à lui évoqué des actions portées par la CCI : l'Usine du futur (1) est « une évolution majeure, voire une révolution, des modes de production. Les entreprises doivent s'approprier cette nouvelle logiques si elles veulent bénéficier des nouvelles opportunités » ; une plateforme de e-services, CCI Store, pour sélectionner le meilleur du digital pour les entrepreneurs ; un événement sur le numérique. « La CCI est engagée dans le syndicat mixte gérant l'aéroport de Saint-Etienne. Un business model doit être trouvé pour doter la métropole stéphanoise d'un aéroport digne de ce nom. »


Georges Dubesset a abordé un dossier stratégique pour les entreprises : l'apprentissage. « Il assure la pérennité et le développement des entreprises. » Pour le développer et l'améliorer, « il faut s'appuyer sur ce qui fonctionne et une approche transversale est essentielle ». Il fait ainsi référence au projet du Gouvernement sur l'apprentissage : « Nous devons tous être vigilants et inquiets des évolutions annoncées. »

Lucie Grolleau Frécon

(1) Usine du futur : concept générique qui s'inscrit dans une prise de conscience générale de l'importance de l'industrie manufacturière dans la richesse nationale. Cette réflexion est destinée à conserver et développer en France une activité industrielle forte, innovante, exportatrice, génératrice de richesses et créatrice d'emplois. Un programme est en cours notamment sur la vallée du Gier.

Mots clés : CHAMBRE D'AGRICULTURE LOIRE ÉCONOMIE RAYMOND VIAL CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE JANVIER 2018 CÉRÉMONIE DE VOEUX CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L'ARTISANAT GEORGES DUBESSET FRANÇOIS MÉON