Publié le 20/04/2017 à 14:25 / Talluto Franck

CHARTE RÉGIONALE

Mardi 11 avril, le Criel Sud-Est a présenté la charte caprine régionale en faveur du renouvellement des générations en élevage caprin laitier. Elle a été signée, dans une atmosphère optimiste, par une vingtaine d'organismes de la filière caprine et de l'installation.

Jean-Pierre Royannez, président du collège des producteurs au Criel Sud-Est, aux côtés de ses homologues Dominique Verneaux, pour les industries et Xavier Goy, pour la coopération, lors de la signature de la charte caprine
régionale pour l’installation en é...

C'est la concrétisation de plus de deux ans de travail collectif. De nombreux partenaires (organisations professionnelles agricoles, interprofessions, coopératives, industries, appellations, banques, assurances, etc.) ont pris part à la signature de la charte caprine régionale, mardi 11 avril à Saint-Genest-Malifaux, dans la Loire. Leurs objectifs : adresser un message fort aux jeunes et aux porteurs de projet, et se donner les moyens collectifs pour favoriser l'installation en élevage caprin laitier.

 

La signature était d'ailleurs couplée à une journée de présentation de la filière caprine laitière, à destination des étudiants en lycées agricoles qui ont pu échanger avec les partenaires de la charte. Lancé par le groupe caprin de Jeunes agriculteurs Rhône-Alpes, le projet, qui a pris de l'ampleur, a finalement été porté par le Criel Sud- Est. Le directeur, Alain Plan, a expliqué : « L'élevage caprin a connu une crise importante de 2009 à 2011 qui a fortement freiné les installations. » Depuis 2012, la filière connaît un nouveau souffle.

Favoriser l'installation

Aujourd'hui, la valorisation du lait est intéressante et la demande en augmentation. « C'est le moment d'installer », s'est exprimé Xavier Goy, président du collège de la coopération du Criel Sud- Est. Malgré ce contexte favorable, les installations peinent à reprendre. « Il a fallu communiquer auprès des organismes comme les banques ou le CER. En élevage caprin, on a pourtant l'avantage de pouvoir s'installer plus facilement par rapport à d'autres productions », a précisé Alain Plan.

 

Les bonnes relations entre les acteurs de la filière caprine ont favorisé l'aboutissement de la démarche. « Au niveau du Criel, les trois collèges (les producteurs, la coopération et l'industrie laitière et fromagère) se sont investis dans la création de la charte. Les producteurs se sont pris en main pour pousser cette démarche parce qu'ils savent que les entreprises investissent, qu'elles soient petites ou plus grandes », a indiqué le directeur du Criel.

 

Jean-Pierre Royannez, président de la Frec (Fédération régionale des éleveurs caprins) et du collège des producteurs du Criel, a exprimé son enthousiasme quant à cette signature : « Tout le monde a sa place dans cette filière. » Pour Vincent Vallet, secrétaire général de la Frec, la démarche a aussi pour objectif « de communiquer positivement sur notre métier ».

« Un engagement profond »

La charte est organisée en six grands axes de travail : la communication, la transmission, le partenariat bancaire, la préparation du projet, la qualité du lait et la performance technique. Elle permet ainsi de donner les objectifs communs auxquels répondront les partenaires signataires dans leurs actions concrètes. Une ambition partagée par l'ensemble des intervenants, dont le président du Criel caprin Sud-Est, Pierre-Jo Aufranc, qui a conclu : « Ce ne sont pas que des actes, il s'agit d'un engagement profond. »

Anaïs Labrosse
Mots clés : AGRICULTURE ÉLEVAGE SAINT-GENEST-MALIFAUX CRIEL SUD-EST CHARTE CAPRINE RÉGIONALE RENOUVELLEMENT DES GÉNÉRATIONS