Publié le 09/03/2018 à 07:50 / Talluto Franck

Edition 2018

Comice de Feurs : entre confiance et incertitudes
Même si les membres de l'association du comice, en charge de l'organisation des concours d'animaux dans les écuries, ont tout fait pour que l'édition 2018 se déroule au mieux à compter de ce vendredi matin, il demeure une part d'incertitude liée à des facteurs conjoncturels.

Cette année, les organisateurs du comice agricole se tournent encore plus vers les visiteurs en leur proposant une communication sur l'élevage et la filière viande. C'est ce qu'ont expliqué Pierre Dosson, président de l'association du comice, Frédéric Duchê...

La cinquantaine d'animaux de trop par rapport au nombre de places dans les écuries et le chapiteau montre tout l'intérêt que les éleveurs ligériens et ceux des départements limitrophes portent au comice de Feurs, qui débute ce matin. Ils savent bien qu'en général, la quasi-totalité des animaux présentés y trouvent acquéreur, à des prix satisfaisants. Mais ce surcroît de bovins inscrits veut aussi malheureusement dire qu'en cette période de crise de la filière viande, les éleveurs ont du mal à vendre leurs animaux en ferme. « Le stock de viande dans les frigos est de plusieurs semaines, tout comme le stock d'animaux sur pieds dans les fermes, indique Pierre Dosson, président de l'association. Je ne vois pas comment les prix de vente pourraient cette année flamber au comice... » Il faut donc attendre l'achat des premiers animaux samedi en fin de matinée pour se faire une première idée des cours pratiqués dans les écuries.


Malgré cette incertitude concernant la vente des animaux liée à la conjoncture économique, les responsables de l'association du comice demeurent confiants quant au déroulement du week-end. Comme d'habitude, tout a été fait pour que les écuries soient prêtes pour accueillir dans les meilleures conditions animaux, éleveurs et visiteurs, depuis plusieurs mois par les membres de l'associations et aidés depuis jeudi et pendant le week-end par des élèves de Ressins. Par exemple, côté sécurité, les fixations des chaînes auxquelles sont attachés les animaux de boucherie charolais ont été renforcées. Toujours en vue d'assurer un maximum de sécurité, les organisateurs réservent l'accès aux écuries et chapiteau le vendredi matin uniquement aux éleveurs exposant des animaux et aux personnes venant les aider.


Confiants, les organisateurs le sont aussi en raison du nombre de billets d'entrée vendus en amont du comice : avec plus de 4 600 billets, le niveau de 2017 est dépassé. Les entreprises, organisations professionnelles agricoles, institutions, associations... peuvent distribuer ces billets à leurs clients, fournisseurs, collaborateurs... L'intérêt porté par le tissu économique forézien, voire ligérien, au comice agricole est également confirmé par l'arrivée de nouveaux sponsors. Il faut savoir que les partenaires de l'association du comice sont présentés, pour la première fois, sur des écrans au cœur des écuries (logo de chacun d'entre eux et slogan) pendant tout le week-end. Une bonne manière de mettre en évidence leur soutien à la manifestation.

Promotion de la viande

Sur ces écrans sont aussi diffusées des infographies sur les modes de production en élevages, l'impact environnemental, la protection des animaux dans toute la filière, la place de la viande dans l'alimentation... Elles visent à fournir aux visiteurs, et donc aux consommateurs, des chiffres et autres informations fondées (fournies par l'interprofession bovine) et faciles à retenir. Ainsi, cette année, les organisateurs se tournent résolument vers les consommateurs. C'est ce qu'ont expliqué Pierre Dosson, Frédéric Duchêne, un des vice-présidents de l'association, et Georges Ducreux, boucher à Feurs et membre du conseil d'administration, lors de la conférence de presse organisée il y a quelques jours.

 

Georges Ducreux, qui achète chaque année plusieurs animaux au comice, en est bien évidemment satisfait : « Le comice de Feurs est une vitrine. Nos clients aiment se rendre dans les écuries pour voir les animaux qu'ils retrouveront ensuite à la boucherie. Pour nous, c'est essentiel de travailler des animaux de qualité et achetés localement. C'est ce que demandent nos clients. » C'est dans cette logique de promotion de la viande que l'association du comice agricole a mis en place un partenariat avec l'interprofession bovine régionale et la section bovine de la FDSEA de la Loire pour que soit proposée aux visiteurs une dégustation de viande.


A noter aussi que Bruno Dufayet, élu depuis un an à la présidence de la Fédération nationale bovine et éleveur dans le Cantal, a été invité par l'association du comice à venir découvrir ce rendez-vous annuel. Il a répondu favorablement à cette sollicitation et sa présence est annoncée le samedi. Outre les concours d'animaux et l'accent mis cette année sur la promotion de la viande, le comice mise une nouvelle fois sur les enfants, qui sont les consommateurs de demain. Ainsi, par exemple, les écoles et crèches foréziennes sont invitées au comice. Un accueil privilégié leur est réservé à La ferme aux enfants, qui peut également être visitée pendant tout le week-end par les familles.

Lucie Grolleau Frécon

 

Mots clés : ÉCURIES COMICE DE FEURS MARS 2018 ÉCRAN