Publié le 12/04/2018 à 14:50 / Talluto Franck

Société

Attention : arnaques en tout genre !
Même en étant vigilant, nul n'est à l'abri de tomber dans le piège tendu par un escroc sur internet ou par téléphone. Le service juridique de la FDSEA de la Loire met cette semaine en avant des situations dont il faut se méfier, derrière lesquelles se cache une arnaque.

Attention : arnaques en tout genre !

Nous sommes tous susceptibles d'être arnaqués et, paradoxalement, plus nous nous pensons avertis et plus nous sommes vulnérables. Personne n'est à l'abri de ne pas se laisser “gruger” car lorsqu'on veut croire en quelque chose (gain, santé, etc.) il est facile de se laisser tromper. Plusieurs arnaques sont apparues avec internet, le multimédia ou le téléphone portable et viennent toucher notre quotidien. Cachés derrière un écran (d'ordinateur ou de téléphone), à l'abri, les escrocs ont trouvé le bon endroit pour piéger leurs victimes en toute quiétude.


Il serait fastidieux, voire carrément impossible, de lister toutes les escroqueries ayant cours tant l'imagination des escrocs est débordante en la matière ! Voici donc quelques exemples. Internet est un formidable  outil pour communiquer, s'informer et même pour acheter. Cependant, ce monde virtuel est le lieu de prédilection d'arnaqueurs de tout horizon, qui n'ont pour limite que leur imagination.

Les faux sites

Commençons par les faux sites. Vous surfez sur le Net à la recherche d'un achat à moindre coût. Vous pensez avoir fait une bonne affaire, mais, une fois l'objet payé, vous n'aurez plus aucune nouvelle, ni, bien entendu, de livraison. Avant de payer, prenez quelques précautions ! Il convient de toujours s'assurer que vous vous trouvez sur un site sécurisé. Lorsque vous visitez un site web ou une page, vérifiez l'adresse dans le navigateur web. Si celle-ci commence par http://, cela signifie que le site est en communication avec votre navigateur à l'aide d'un protocole non sécurisé. Il est ainsi possible pour une personne de voir sur votre ordinateur votre conversation. Si vous renseignez un formulaire sur le site, quelqu'un pourrait voir les informations que vous adressez à ce site (coordonnées bancaires). C'est la raison pour laquelle vous ne devez jamais entrer votre numéro de carte de crédit ou tout autre identifiant personnel sur un site web http://.
En revanche, si l'adresse commence par https://, cela signifie que votre ordinateur est en conversation avec le site web en toute sécurité et que personne ne peut voir ce que vous faites et les informations que vous transmettez.

Mail frauduleux ou hameçonnage

Vous recevez un émail de « votre banquier », de « votre assureur », ou encore « d'EDF », ou des « impôts ». On vous signale un problème dans un paiement, une modification de vos identifiants, un changement de vos données, une surconsommation d'électricité ou encore un remboursement en raison d'un trop payé... Bien entendu, vous êtes invités à cliquer sur un lien pour corriger l'erreur ou pour obtenir un soi-disant remboursement. En suivant le lien en question, vous arriverez sur une page « miroir » reproduisant à la perfection celle du site officiel. La technique vise ici à vous soustraire des informations confidentielles (numéro de carte bleue, codes d'accès, identifiants, etc.).


Pour ne pas tomber dans le piège, il suffit de bien examiner l'e-mail en question. Très souvent, il sera truffé de fautes d'orthographe et l'adresse d'expédition sera un compte Yahoo, Hotmail ou Gmail. Autant d'éléments qui doivent vous alerter. Cependant, si vous n'étiez pas convaincu, allez directement sur le site officiel sans passer par l'émail reçu, c'est-à-dire sans suivre le lien de l'e-mail. Vous pourrez constater que vous êtes bien à jour de vos crédits, que les impôts n'ont rien à vous reprocher et que vous n'êtes pas en surconsommation EDF !

Petites annonces piégées

Les escrocs sont nombreux sur les sites marchands tels « Le bon coin », « e-bay »...
Que vous soyez acheteur ou vendeur, méfiez-vous des offres trop alléchantes. Faites preuve de vigilance et ne donnez pas suite aux petites annonces qui présentent des éléments suspects :
- les petites annonces en provenance de l'étranger, notamment des pays du tiers monde, sont souvent malhonnêtes ;
- attention à votre mode de paiement : méfiez-vous des paiements par Western Union, mandat cash, où la traçabilité est faible. Si l'on vous dirige vers un site de banque, assurez-vous que le site est officiel et que vous n'êtes pas sur un écran miroir. Enfin, si l'on vous propose de contacter le vendeur par téléphone, ne confiez jamais votre numéro de carte bleue et le code permettant de procéder au paiement ;
- refusez systématiquement de payer des frais supplémentaires, encore plus si vous êtes vendeur ;
- ne jamais adresser de photocopie de documents d'identité qui serviraient aux escrocs pour usurper votre identité ;
- en tant que vendeur, n'envoyez votre objet que lorsque le paiement est clairement visible sur votre compte. Ne vous contentez pas d'un e-mail de votre correspondant vous indiquant que le paiement est effectif et vous invitant à suivre un lien vers une page miroir.

L'arnaque aux sentiments

Une des arnaques aux sentiments concerne l'héritage. Vous êtes informé par e-mail ou par lettre que vous êtes l'héritier d'une personne. Or, les fonds vous revenant (des dizaines de milliers d'euros !) sont bloqués dans une banque. Pour les débloquer, vous devez vous acquitter de frais de dossier, de douanes ou autres. Les escrocs chercheront à vous faire douter... Procédez à une simple recherche Google à partir des coordonnées du mail de votre expéditeur et vous découvrirez la supercherie.


Des arnaques dites « aux sentiments » sont pratiquées sur les sites de rencontre. Bien souvent, l'escroc se fera passer pour une personne à la recherche de l'âme sœur. Très vite, votre correspondant vous expliquera se trouver dans une situation délicate (malade, chargé de famille, dans le besoin financièrement...). N'envoyez jamais d'argent à une personne connue sur un site de rencontre quand bien même vous dialoguez ensemble depuis des mois !


Une autre escroquerie découlant de celle-ci est le cyber chantage. L'escroc vous connait grâce au dialogue instauré et cherchera à vous faire chanter.

Marie-Christine Persol, Service juridique FDSEA de la Loire

 

Arnaques téléphoniques : ne rappelez pas !

On assiste à une recrudescence du phénomène « Ping Call » ces dernières semaines. Vous recevez un appel téléphonique sur votre portable, mais le correspondant raccroche dès que vous décrochez... Vous pourrez être tenté de rappeler. Or, il s'agit d'une arnaque. En rappelant ce numéro, vous arriverez sur une boite vocale très onéreuse. Jusqu'à récemment, les numéros en question étaient assez facilement repérables, il s'agissait de numéros en 0899, 0897... Or, depuis quelques temps, les escrocs passent leurs appels avec un préfixe en 01, 02 ou encore 04. Soyez donc vigilant et ne rappelez pas ! En effet, si un correspondant veut véritablement vous joindre, il vous rappellera ou vous laissera un message.

Une arnaque similaire consiste pour l'escroc à vous appeler et vous dire qu'il ne vous entend pas... Vous rappelez et tombez sur une boite vocale vous invitant à composer le nouveau numéro de votre correspondant, il s'agira encore une fois d'un numéro surtaxé.

Autre forme d'arnaque téléphonique : la réception d'un e-mail ou d'un SMS. Un e-mail vous invite à contacter par téléphone une entreprise au sujet d'une commande que vous auriez passée... Vous avez passé une annonce sur un site afin de vendre quelque chose... On vous contacte par SMS ou par mail en vous demandant de rappeler un numéro. Méfiance, en composant le numéro, vous êtes susceptibles d'appeler sur un réseau international fortement surtaxé.

Une variante consiste à vous adresser un SMS :
- vous indiquant que vous avez reçu un message vocal. Pour l'écouter vous devez composer un numéro.
- vous avez un colis en attente. Pour obtenir des informations, on vous demande de rappeler un numéro.
- un texto vous informe que votre compte est débiteur et vous demande de rappeler rapidement votre chargé de compte à tel numéro...
- un SMS vous alerte sur une forte consommation d'eau, d'électricité et vous devez rappeler tel numéro...
- un texto vous remercie pour l'abonnement soi-disant nouvellement souscrit et vous propose pour toute question de rappeler le service clientèle...

Dans tous les cas, ne rappelez jamais ces numéros, lesquels sont surtaxés.
Il existe une plateforme de signalement gratuite mise en place par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Vous pouvez y signaler gratuitement par SMS toute tentative d'arnaque. Il faut pour cela adresser un SMS au 33700 en indiquant le numéro de téléphone suspect et « spam vocal ». En 2014, grâce à cette plateforme, ce sont près d'un million de SMS abusifs et frauduleux qui ont été recensés !

 

 

Annuaires professionnels : arnaques à l'inscription

Qui n'a jamais reçu un courrier (ou un fax) consistant en une demande de vérifications de coordonnées de son entreprise ? On vous laisse entendre que vous bénéficiez d'une insertion gratuite de vos coordonnées dans un annuaire. Au final, en signant, vous répondez à une offre payante. Ces propositions d'insertion dans un annuaire dissimulent une véritable arnaque. Le piège fonctionne encore et encore malgré de nombreuses mises en garde de la part de différentes administrations ou encore de votre syndicat.

La méthode est subtile. Tout commence par un courrier. On vous demande de vérifier l'exactitude des coordonnées de votre entreprise, lesquelles seront diffusées dans un annuaire, ou registre... L'offre qui vous est faite laisse supposer que l'inscription a un caractère officiel et obligatoire (numéro de TVA intracommunautaire, exposant dans un salon, Registre des affaires, etc.).En petits caractères, en général détachés du texte principal, on va découvrir une offre de parution sur deux voire trois ans moyennant une somme dépassant souvent le millier d'euros, puis l'emplacement destiné à votre signature .

Un autre procédé est également utilisé. Vous recevez une facture qui laisse supposer qu'un contrat a déjà été conclu alors que ce n'est pas le cas. Le payement de cette facture implique que vous avez accepté l'offre. Et de même, vous vous retrouvez tenu par un contrat onéreux de plusieurs années. La signature d'un tel document est un contrat de droit privé dont la validité peut être contestée, notamment pour vices du consentement (erreur, dol). Attention cependant : si une lecture attentive du document vous permet de comprendre qu'il s'agit d'une proposition de contracter, vous n'obtiendrez pas gain de cause devant un tribunal ! En effet, une signature au bas d'un document vaut engagement.

On peut également, dans certains cas, considérer qu'il y a publicité de nature à induire en erreur laquelle peut donner lieu à des poursuites au plan pénal sur fondement de l'article L121-1 du code de la consommation. Il convient donc de renouveler les consignes de prudence lors de la réception d'offres apparemment gratuites d'insertion dans des annuaires ou autre support.

Vous devez, dans tous les cas, lire attentivement tous les courriers que vous recevez pour éviter de renseigner, signer et retourner un document sans savoir quel est son objet précis. Il convient de se méfier des adresses d'entreprises situées à l'étranger. Le but d'un arnaqueur est de vous voler de l'argent, voire d'usurper votre identité pour agir en votre nom. La parade la plus simple et la plus efficace est de refuser les propositions qui vous sont faites, même si elles sont alléchantes (produits miracles, gain facile d'argent, etc.) et de ne pas communiquer d'informations personnelles.

En cas de renvoi de ce document par erreur ou faute d'attention, vous ne devez pas vous laisser intimider. Vous saisirez d'une plainte la Direction départementale de la protection des populations (DDPP). Dans tous les cas, ne vous laissez pas intimider et ne payez pas. Pour que l'entreprise récupère son argent, elle devra intenter une action devant les juridictions françaises. En raison du coût et de l'incertitude quant aux suites réservées à l'action, il est fort probable que l'entreprise ne donne pas suite.

 

Mots clés : INTERNET ARNAQUES ANNUAIRES TÉLÉPHONIQUES HAMEÇONNAGE PING CALL TÉLÉPHONE SMS MAIL FRAUDULEUX