Publié le 12/05/2018 à 09:35 / Talluto Franck

Randonnées

La marche nordique a le vent en poupe
Apparue en France dans les années 2000, la marche nordique séduit de plus en plus d'amateurs. A tel point que des randonnées spécifiquement dédiées aux marcheurs nordiques sont désormais organisées.

Actuellement, la marche nordique rassemblerait 10 millions d'adeptes à travers le monde.

Apparue dans les pays scandinaves dans les années 1970-1980, la marche nordique connaît un réel engouement en France ces dernières années. Que ce soit dans les chemins, dans les parcs ou même en ville, on croise de plus en plus ces marcheurs avec leurs bâtons spécifiques avec lesquels ils se propulsent par le haut du corps. Accessible au plus grand nombre, cette discipline séduit par ses nombreux bienfaits sur la santé.


Animateur au sein de l'association familiale rurale de Verrières-en-Forez, Yves Durand rappelle un point primordial : « La marche nordique est une discipline physique avant d'être une discipline sportive. L'objectif principal est de se dépenser et de se maintenir en forme plus que de chercher la performance. » En mettant plus d'articulations en mouvement et en sollicitant 80 à 90 % des muscles, l'activité permettrait une dépense énergétique supérieure de 20 à 40 %, notamment car elle fait travailler le haut du corps. C'est en effet par une poussée des épaules et des bras sur les bâtons que le corps est mis en mouvement, et non pas par les jambes comme en marche “classique”. Même si l'objectif n'est pas la vitesse, cette méthode permet toutefois un rythme de 4 à 8 km/h. « Une séance de 1h30 à 2 heures suffit pour avoir une activité physique complète contrairement à la marche où il faudrait 4 heures de séance. » Cette façon dynamique de marcher sollicite aussi davantage le cardio : « La marche nordique est recommandée par les médecins pour les personnes en phase de rééducation suite à un accident cardiovasculaire ou suite à une fracture. »

Pour tous

« Il existe peu de contre-indications à cette pratique ce qui fait qu'elle s'adapte à un grand nombre de personnes. » Elle est également moins “violente” pour les articulations que la course à pied. Elle réduirait d'environ 30 % la charge sur les genoux, les hanches et les chevilles. La marche nordique séduit d'abord « par sa facilité de mise en œuvre », explique Yves Durand : « On n'a pas besoin de matériel conséquent. Des chaussures de type trail et bien sûr des bâtons adaptés et non réglables sont préconisés. C'est aussi un sport qui peut se pratiquer partout : dans les chemins, sur les stades, en milieu urbain... seul ou en groupe. »

 

Avant tout une activité de plein air, les pratiquants apprécient aussi la proximité avec la nature. « Bien sûr c'est aussi pour certains une façon de contrôler le surpoids en étant actif mais surtout, c'est bon pour la tête. » Une séance de 1h30 à 2 heures se déroule généralement de la façon suivante : « Une phase d'échauffement obligatoire pour mettre les articulations et des muscles en action, 1 heure à 1h30 de marche entrecoupée d'un temps d'excercices cardio, renforcement musculaire, gainage ou jeux de motricité et des étirements. »

Origines scandinaves

La discipline est apparue dans les années 70 dans les pays scandinaves. Elle a été inventée par les skieurs de fond comme palliatif au manque de neige en été. En 1997, émerge l'idée de promouvoir cette activité et la fédération finlandaise de ski loisir crée la Nordic walking en tant que discipline. Dans les années 2000, un finlandais sur six la pratique. La marche nordique s'étend progressivement aux pays d'Europe comme en Allemagne où la discipline devient officielle en 1999. Dans ce pays, elle est même prônée comme contribuant au bien-être : la sécurité sociale allemande rembourse l'achat des bâtons.


En France, la marche nordique apparaît au début des années 2000. En 2009, la Fédération française d'athlétisme en obtient la délégation d'Etat et collabore avec la Fédération française de randonnée pour développer cette activité. Elle forme 40 animateurs de la FFR en 2010 puis 150 animateurs et 38 formateurs en 2011. Dans la Loire, 24 clubs affiliés à la FFR possèdent une section de marche nordique et 6 clubs affiliés à la FFA. D'autres fédérations comme la Fédération française de la retraite sportive proposent des séances.

Anaïs Labrosse

 

 

Des randonnées spécifiques

Les randonnées habituelles n'étant pas toujours adaptées à la discipline, les associations rencontrent la volonté d'organiser leurs propres manifestations comme à Charlieu qui organisait son premier rassemblement en 2017, réitéré le 14 avril dernier avec 130 participants. Dans le Montbrisonnais, un premier rassemblement avait lieu le samedi 28 avril dernier. A son initiative, l'association Randonneurs montbrisonnais, qui possède une section de marche nordique depuis quatre ans. Sur la centaine d'adhérents de l'association, environ deux tiers pratiquent la marche nordique et 20% pratiquent aussi la randonnée. Alain Pluvy, animateur de la section a constaté l'engouement pour cette activité : « Nous avons commencé il y a quatre ans avec l'objectif de voir comment cela allait se passer. Lors de la première séance, nous avons eu 45 personnes alors qu'un animateur est censé encadrer 15 personnes. Nous avons débuté au rythme d'une séance par quinzaine. L'année suivante, trois animateurs supplémentaires sont venus prêter main forte pour assurer des séances toutes les semaines. A l'heure actuelle nous sommes six animateurs au total pour encadrer deux groupes les samedis matin et un groupe les mercredis matin. »
Forte de cette dynamique, l'association a eu envie d'organiser un rassemblement. « Une continuité dans notre activité, l'envie d'évoluer et d'apporter de la nouveauté, souligne Alain Pluvy« De la même manière que l'on a des marches organisées, les marcheurs nordiques demandent aussi d'avoir des randonnées spécifiques. C'est aussi l'occasion de rassembler les associations entre elles, provenant de fédérations différentes. » Au total 35 bénévoles s'étaient mobilisés pour accueillir la soixantaine de participants. Malgré une météo maussade, l'organisation et l'ambiance étaient au beau fixe. Les organisateurs envisagent de reconduire l'opération l'année prochaine.
A.L.

 

Mots clés : LOIRE MONTBRISON CHARLIEU RANDONNÉE MARCHE NORDIQUE