Publié le 04/04/2020 à 13:00 / Lucie Grolleau

Paysans de la Loire

A distance, mais toujours une vraie équipe
Vous vous demandez peut-être comment fonctionne actuellement l’équipe de Paysans de la Loire en cette période de confinement et comment est élaboré votre journal en télétravail ? Alors, explications de l’organisation de chacun.

Les nouvelles technologies permettent de maintenir le lien entre les membres de l’équipe de Paysans de la Loire.

Alors que la fermeture des écoles avait été annoncée le jeudi précédant et que les enfants vivaient leur première journée « d'école à la maison », lundi 16 mars, l'inquiétude était palpable dans les locaux de Paysans de la Loire. Chacun pressentait l'annonce du confinement le soir même et tentait de s'organiser, tout en commençant à préparer le journal de la semaine. En fin de journée, la plupart d'entre nous sommes partis avec, sous le bras ou dans un sac, les dossiers dont nous pourrions avoir besoin dans les semaines à venir pour continuer à travailler de chez soi, au cas où... Pas manqué, le soir même était annoncé le confinement de la population française pour au minimum deux semaines.


C'est donc chacun chez soi que nous avons continué la préparation du journal de la semaine. Il a fallu nous organiser, dans l'urgence, mais nous avons réussi à envoyer les fichiers PDF des pages à l'imprimerie dans les temps. Cette dernière a confirmé, malgré le confinement, qu'elle imprimerait le journal et la Poste qu'elle le distribuerait. Une fois le journal bouclé, toute l'équipe de Paysans de la Loire s'est retrouvée virtuellement en visioconférence le jeudi matin pour tirer un bilan du bouclage et envisager celui de la semaine suivante. Rapidement, des solutions ont été trouvées pour améliorer notre organisation.


Finalement, au fil des jours, chacun a pris ses marques pour réaliser de chez soi les tâches qu'il réalise habituellement au bureau : accueil téléphonique, comptabilité, gestion des abonnements, enregistrement des annonces légales, vente d'encarts publicitaires, rédaction d'articles, mise en page... La réunion vidéo hebdomadaire via le logiciel Skype et l'application mobile de messagerie WhatsApp permettent de garder du lien direct entre les membres de l'équipe et de conserver un semblant de convivialité. Nous sommes ainsi opérationnels pour réaliser le journal chaque semaine de cette période de confinement. Si l'imprimeur venait à ne plus éditer le journal, et pour les abonnés qui reçoivent le journal tardivement, sachez qu'il est possible de le feuilleter sur notre site internet.

 

Annie, directrice déléguée

« En tant que directrice déléguée et responsable administrative du journal, je dois accomplir un certain nombre de taches : gestion des abonnements, relecture des articles, facturation, comptabilité, ressources humaines, coordination avec nos fournisseurs, etc. et m'assurer que toute l'équipe puisse travailler dans les meilleures conditions possibles pour envoyer les fichiers le mercredi en fin de journée à notre imprimeur. J'ai transporté à la maison à la fois mon ordinateur bureautique ainsi que mon portable et aménagé un bureau dans l'ancienne chambre de ma fille. Je suis plutôt bien installée ! La connexion wifi semble supporter le trafic que je lui impose. Le standard téléphonique du journal a été transféré sur mon téléphone portable pour pouvoir répondre aux appels. Nous avons de multiples échanges via les réseaux sociaux ou les mails entre tous les membres de l'équipe pour réaliser le journal. J'ai également des contacts réguliers avec notre imprimeur ainsi qu'avec la Poste pour m'assurer de la continuité des services.Il me faut également rester informée sur toutes les mesures administratives mises en œuvre pour venir en aide aux entreprises avec de nouvelles informations tous les jours, qui confirment ou infirment celles de la veille ! »

 

Hélène, secrétaire administrative

« Je suis habituellement à l'accueil et me charge aussi de tâches administratives. J'ai passé les premiers jours de confinement à la maison, mais, désormais, je suis présente au bureau les lundi et mercredi pour réaliser ce qui ne peut pas se faire à domicile : réception et envoi du courrier, gestion des petites annonces, etc. »

 

Caroline et Pauline, service commercial

« Depuis maintenant plus de deux semaines, comme toute l'équipe de Paysans de la Loire, nous travaillons de chez nous. Globalement, l'organisation reste la même, les rendez-vous chez les clients en moins ! L'avantage pour le service commercial, c'est qu'un téléphone et un ordinateur suffisent. Nous avons lancé une rubrique qui permet à nos annonceurs de communiquer aux lecteurs leur principe de fonctionnement pendant cette période de confinement. Nous gardons également le contact avec nos clients, pour prendre des nouvelles, que ce soit par mail ou par téléphone. Nous gérons évidemment les encarts publicitaires et petites annonces en cours. Enfin, nous travaillons sur les dossiers en cours, comme le hors-série sur le changement climatique ou le guide touristique Cet Eté dans la Loire. Nous rappelons que nous restons joignables au 06.82.21.59.26 ou par mail : commercial@paysansdelaloire.fr. »

 

Lucie, journaliste, rédacteur en chef

« Après une première semaine plutôt tendue entre le télétravail et le suivi du travail scolaire envoyé par les enseignants aux enfants, la préparation et le bouclage du journal se font désormais un peu plus sereinement, avec, notamment une organisation personnelle et de l'équipe qui s'est affinée. Comme d'habitude, mon rôle consiste, entre autres, à définir chaque semaine le contenu du journal, coordonner l'équipe de journalistes, relire les pages avant de les envoyer à l'imprimerie. Mais à distance, tout prend plus de temps... Le début de matinée du jeudi est consacré à une visioconférence avec les autres rédacteurs en chefs des journaux de la zone Apasec (agence de presse de Rhône-Alpes) pour définir les sujets qui seront traités dans les pages régionales mises à disposition la semaine suivante. S'ensuit une réunion téléphonique entre journalistes de Paysans de la Loire pour se répartir les sujets d'articles départementaux. Chacun sait donc ce qu'il a à écrire pour le journal de la semaine suivante, ce qui ne nous empêche pas d'échanger régulièrement par la suite. En début de semaine, je centralise les articles (journalistes, OPA, administration) et les transmets aux maquettistes pour qu'elles les mettent en page. J'ai instauré un chemin de fer en ligne et évolutif pour savoir quels articles et quelles publicités vont dans quelle page. Puis, le mercredi, il faut valider les pages avant leur envoi à l'imprimerie. »

 

Franck, journaliste

« En temps normal, nous passons pas mal de temps au bureau : veille, prise de contacts et de renseignements, écriture des textes, mise en ligne des articles, etc. Néanmoins, journaliste reste par essence un métier de terrain. Notre rôle consiste à aller rencontrer des personnes qui ont des compétences, des connaissances ou des informations que l'on souhaite porter à la connaissance de nos lecteurs. Depuis près de trois semaines, ce n'est plus possible. Le télétravail est devenu la règle. Le téléphone est évidemment mon premier allié et tourne à plein régime. Grâce aux nouvelles technologies, il est possible également de solliciter des personnes via les messageries instantanées comme Messenger ou Whatsapp et de fixer des rendez-vous en visioconférence grâce à Skype. Si je l'utilisais déjà beaucoup au quotidien, Internet est un précieux allié en cette période de confinement. En dehors de la recherche d'informations et de données, cela me permet d'échanger en temps réel avec mes collègues. Outre la technique, des aspects humains entrent aussi en compte. Comment travailler de chez soi et arriver à séparer vie professionnelle et vie personnelle ? L'organisation a son importance, notamment quand on doit partager l'espace avec de jeunes enfants ! D'où l'importance de pouvoir s'aménager, quand c'est possible, un espace bureau strictement réservé aux activités professionnelles. »

 

David, journaliste

« Depuis le début du confinement, je travaille essentiellement de chez moi, par téléphone, par mail et via les réseaux sociaux. Nous conservons ainsi un lien permanent entre tous. Nous organisons chaque semaine une conférence avec l'ensemble de l'équipe de Paysans de la Loire, mais nous communiquons bien plus fréquemment entre collègues journalistes. Malgré la situation, les agriculteurs, les responsables professionnels, les élus, sont très disponibles pour répondre au téléphone et partager leur quotidien. Mes articles suivent ensuite le circuit habituel (relecture, mise en page, etc.), mais tout cela, à distance. Nous utilisons aussi notre site internet et nos réseaux sociaux pour informer au mieux et au plus vite nos lecteurs. Je me suis autorisé une sortie sur le marché de Grammond, non pas pour faire mes courses mais pour pouvoir saisir l'ambiance sur ces lieux de commercialisation, constater la mise en place des mesures de sécurité sanitaire, l'état d'esprit des vendeurs comme des clients. Ce confinement est une situation inédite, riche à vivre sur le plan professionnel car elle interroge beaucoup sur la consommation et la production agricole, mais, bien sûr, difficile à vivre sur le plan personnel. »

 

Cécile, maquettiste

« Depuis le 17 mars à midi, les bureaux de Paysans de la Loire sont vides. Nous avons, pour certains, déménagé nos ordinateurs afin de pouvoir travailler de chez nous. C'est mon cas. Mon salon - salle à manger s'est transformé en bureau, mon écran est connecté au serveur du journal avec également un accès à ma boite mail. Au final, je retrouve la configuration exacte de mon écran au bureau. C'est comme si j'y étais, sans mes collègues ! Je mets donc en page les textes envoyés par nos correspondants (travail effectué en temps normal par Annie Denis), les annonces légales, les petites annonces, et quelques pages du journal, en lien avec Séverine, avec qui j'échange régulièrement. Nous communiquons tous beaucoup par WhatsApp pour l'élaboration du journal et une réunion Skype est instaurée le jeudi avec toute l'équipe. Tout cela permet de maintenir une bonne dynamique. »

 

Séverine, maquettiste

« Tout comme ma collègue Cécile, mon matériel de travail a été rapatrié à mon domicile. Je peux ainsi, de chez moi, continuer à monter les pages du journal. Les informations circulent par mail, WhatsApp ainsi que Skype pour garder un lien et avoir le plaisir de retrouver l'équipe au complet ! »

 

Mots clés : PAYSANS DE LA LOIRE COVID-19