Numérique

L'atelier numérique Google de Saint-Etienne est opérationnel
Inauguré le 5 juillet, l'atelier numérique Google de Saint-Étienne accueille gratuitement le public du lundi au samedi. Au programme : conférences, ateliers et présentation d'innovations. Des contenus proposés gratuitement et à tous, mais sur inscription.

Huit coaches Google accueille le public à Saint-Étienne.

Depuis quelques jours, les six lettres bleu, rouge, jaune et vert du logo de Google s'affichent en grand dans le centre-ville de Saint-Étienne. À l'angle de l'avenue de la Libération et de la place Jean-Moulin, le géant du numérique a inauguré, vendredi 5 juillet, l'atelier numérique dont il avait annoncé l'ouverture fin 2018. Le quatrième en France après ceux de Rennes l'an dernier, puis, plus récemment, de Nancy et Montpellier. Un événement, forcément, pour la métropole stéphanoise et qui avait attiré la foule. De quoi faire grimper encore un peu plus la température à l'intérieur des quelque 180 m2.


Histoire de battre le fer tant qu'il est chaud, justement, Google organise, dès demain samedi, une journée de présentation destinée au grand public. Contrairement au fonctionnement habituel, il n'y a pas besoin de s'être inscrit en amont pour participer aux conférences, ateliers, présentations d'innovations proposés sur place, avec certaines thématiques pensées pour les 7-12 ans. Au quotidien, une place privilégiée est d'ailleurs réservée aux familles les mercredi après-midi et samedi. Tout le monde est accueilli gratuitement et encadré par huit coaches reconnaissables par leur maillot bleu. 45 partenaires apportent un soutien au site en assurant une bonne partie des formations qui y sont dispensées.

Conférences et ateliers

Pour se faire une idée, voici quelques exemples de ce qui compose le programme du 6 juillet : des conférences telles que Comment créer une communauté active sur YouTube, Comment voyager facilement à l'ère du numérique ou encore Comment développer son entreprise grâce au référencement naturel ; des ateliers parmi lesquels Info ou intox : comment décrypter l'information sur internet, Comment rédiger et envoyer un e-mail, Comment coder avec Scratch en s'amusant, Comment garder le contrôle de son image sur les réseaux sociaux, Les super héros du web, etc. ; la présentation d'innovations comme l'intelligence artificielle, la réalité virtuelle ou la rencontre entre art et technologie.


L'atelier numérique Google fonctionnera du lundi au samedi, de 9 à 19 heures, et son programme complet est accessible en ligne. Il pourra évoluer selon les enseignements retirés après un an de fonctionnement. Un temps de recul que possède déjà la plateforme similaire en Bretagne. « On y a observé le niveau d'engouement qu'on attendait, témoignait Sébastien Missoffe, vice-président et directeur général de Google France. On a constaté beaucoup de demandes autour de la confiance en soi. Nous avons donc réorienté pas mal de cours autour de cette thématique, par exemple sur la manière dont le numérique peut accompagner les parents, les commerçants. »

 

L'entrée du site, à l'angle de l'avenue de la Libération et de la place Jean-Moulin.


« Ce projet nous tient à cœur, nous avons la conviction que l'éducation, la formation sont des notions clés pour tirer parti de cette transformation numérique », avait-il expliqué un peu plus tôt à l'heure des discours. Sébastien Missoffe entend aussi faire de l'atelier numérique Google « un lieu de discussion » pour évoquer des thèmes comme « la cyber sécurité, la protection des enfants, l'addiction aux écrans ». Comme le précisait Linda Gandon, la responsable de l'établissement qui arrive de Rennes où elle tenait le même rôle, la question de l'emploi sera prépondérante : « Nous avons à cœur de soutenir l'insertion professionnelle, d'éveiller ces publics à la culture numérique et, pourquoi pas, de susciter des vocations ».

« Un grand jour pour Saint-Etienne »

A quelle hauteur s'élève l'investissement réalisé ici par Google ? Le vice-président de sa branche française a refusé de livrer des chiffres, préférant « communiquer sur les objectifs plus que sur les moyens ». Histoire de se faire l'avocat du diable, on peut se demander si cette initiative lui permet de redorer son blason, alors que les parlementaires planchent sur la manière de mieux taxer les géants du numérique. Une question à laquelle a refusé de répondre le député Jean-Michel Mis (2e circonscription de la Loire), qui a beaucoup œuvré pour que Google s'implante à Saint-Étienne.


Également très impliqué dans la démarche, Gaël Perdriau, n'a, lui, pas manqué de se réjouir. « C'est un grand jour pour Saint-Étienne et Google, se réjouissait micro en main le maire. Depuis cinq ans, la métropole travaille pour être à la pointe numérique pour que la France fasse confiance à Saint-Étienne avec la French Tech. Et, depuis quatre ans, nous avons accompagné 200 startups et nous comptons sur vous pour accentuer cette dynamique. Les PME et PMI du territoire vont profiter de ce savoir-faire. Nous avions à cœur de vous démontrer que Saint-Étienne avait tous les atouts, vous avez apporté la meilleure des réponses. »

 


Franck Talluto
Mots clés : SAINT-ETIENNE GAËL PERDRIAU JEAN-MICHEL MIS ATELIER GOOGLE SÉBASTIEN MISSOFFE LINDA GANDON