Publié le 27/03/2020 à 10:35 / Lucie Grolleau

Raymond Vial

Poursuivre les activités et inventer des solutions
Le président de la Chambre d'agriculture s'adresse cette semaine aux agriculteurs ligériens (1) (2), dans ce contexte de confinement, et plus particulièrement aux producteurs fermiers.

Le président de la Chambre d’agriculture de la Loire est en lien permanent avec les services de l’État et les élus du territoire pour que l’agriculture du département soit la mieux accompagnée possible.

Quel message souhaitez-vous adresser à l'ensemble des agriculteurs du département ?
Raymond Vial : « Même s'ils peuvent, et doivent, continuer à travailler, les agriculteurs doivent comprendre qu'ils doivent eux aussi se protéger vis à vis du virus Covid-19. Ils ne sont pas en dehors de la société et doivent respecter les mesures barrières pour eux, pour toutes les personnes qui interviennent sur leur exploitation, mais aussi pour leurs proches. Ils doivent s'appliquer cette rigueur. Chacun doit se poser la question de comment il gérera son exploitation s'il est malade... Je pense aussi aux chantiers d'ensilage qui approchent : ils devront bien évidemment pouvoir se faire, mais en ayant en tête les mesures barrières, comme, par exemple, ne pas manger à la même table. Dans les semaines à venir, les agriculteurs devront faire preuve de bon sens paysan. La solidarité devra aussi jouer. Dans nos métiers, les animaux, le lait et autres produits doivent être collectés et vendus. Et la vie des OPA doit aussi continuer, tout en faisant avec les mesures en place. Inévitablement, cette situation va changer beaucoup de choses pour demain ».

 

Les producteurs fermiers subissent de plein fouet les mesures de confinement et la suspension des marchés de plein vent...
R.V. : « Oui, la Loire compte 600 producteurs fermiers. Je ne les oublie pas. Face aux décisions politiques prises à Paris, nous devrons trouver, sur le terrain, des solutions innovantes pour compenser les ventes qui se faisaient sur les marchés. Il faudra être inventif, proposer de nouvelles solutions de commercialisation pour les agriculteurs, des solutions qui peuvent passer par le collectif. Par exemple, mettre en place des ventes de paniers collectifs, organiser des petits marchés collectifs sur des exploitations ou ailleurs... Bien évidemment, je suis en lien direct avec le préfet pour tenter de le convaincre de maintenir une grande partie des marchés dans le département (3). Quand ils font leurs courses, nos concitoyens vont désormais à l'essentiel en matière de consommation. Ils n'achètent plus de fromages à la coupe, de fromages haut de gamme, de viande au rayon traditionnel. Quand ils font leur course, ils veulent aller vite et rencontrer le moins de personnes possible. De nombreux produits agricoles subissent de plein fouet ces nouvelles habitudes, producteurs fermiers, mais aussi PME de l'agro-alimentaires. »

 

Comment les services de la Chambre d'agriculture de la Loire s'organisent-ils actuellement ?
R.V. : « Le télétravail est de rigueur pour près de 80 % des salariés. Nous nous sommes adaptés pour maintenir les activités. Pour d'autres salariés, le télétravail n'est pas possible. Des activités sont considérées comme prioritaires. Le service identification, bien évidemment, d'autant plus que la Chambre d'agriculture de la Loire a en charge l'identification pour plusieurs autres départements. Nous avons constitué deux équipes : une partie des salariés est en télétravail, une autre se rend à la Chambre d'agriculture. Le fait d'avoir moins de personnes dans les bureaux a permis d'augmenter les distances entre elles. Le service identification arrive à fonctionner. Nous espérons que les services postaux continueront à fonctionner pour distribuer les cartons. Nous avons aussi imaginé des scénarios au cas où les mesures de confinement seraient plus strictes, au cas où il faudrait désinfecter le bâtiment... Autre service prioritaire à la Chambre d'agriculture : le Centre de formalité des entreprises. Une permanence téléphonique fonctionne. Par contre, il n'y a pas d'accueil du public. Du côté du parcours installation, les dossiers se gèrent à distance. Les PPP sont suspendus. Les candidats à l'installation vont quand même pouvoir s'installer, mais devront poursuivre leur parcours ensuite. Une échéance arrive pour les agriculteurs et les structures qui les accompagnent : la période de déclaration Pac. Un travail est conduit à l'échelle régionale et nationale pour que les agents des chambres d'agriculture puissent aider à distance les agriculteurs dans leur télédéclaration. Notre souhait est que la vie continue sur les exploitations. C'est pour cela que nous devons être prêts dès l'ouverture de la campagne de déclaration. »

 

Propos recueillis par Lucie Grolleau Frécon

(1) Interview réalisée mardi 24 mars
(2) La semaine prochaine, il s'exprimera plus globalement sur les filières agro-alimentaires.

(3) Seules quelques communes peuvent maintenir leur marché : Fontanès, Saint-Romain-les-Atheux, Cordelle, Jarnosse, Néronde, Chalmazel-Jeansagnière, Chenereilles, Grammond, Leigneux, Margerie-Chantagret, Montchal, Saint-Didier-sur-Rochefort, Verrières-en-Forez.

 

Mots clés : RAYMON VIAL EPIDEMIE COVID 19