Recyclage

Première collecte de pneus agricole réussie
Le Département de la Loire, Forez-Est, la Fédération départementale des comités de développement agricole et la Chambre d'agriculture de la Loire signaient jeudi 12 décembre une convention de partenariat organisant la collecte des pneus agricoles usagés.

2019 a été une année test avec 293 tonnes de pneus collectées dans 48 exploitations du Comité de développement agricole Entre Loire et Rhône.

Pendant plusieurs décennies, les pneus usagés ont servi à lester les bâches des silos d'ensilage. Mais des techniques alternatives ont vu le jour et la pratique de l'ensilage a disparu de certaines exploitations. Des stocks de pneus sans usages et usagés se sont donc accumulés dans les fermes. Détérioration du cadre de vie de l'exploitant lui-même (visuel, sanitaire), dégradation du paysage des territoires ruraux, image associée négative pour les producteurs, risque d'incendie, foyers potentiels de développement du moustique tigre en raison de l'eau stagnante... autant d'impacts négatifs que peuvent présenter ces pneus et qui ont été énumérés par Franck Bompuis, directeur de l'agriculture et de la forêt au Conseil départemental de la Loire, la semaine dernière à Epercieux-Saint-Paul, en préambule de la signature de la convention de partenariat organisant la collecte des pneus agricoles usagés.

 

Les agriculteurs évoquent également « les risques sanitaires vis-à-vis des animaux », expliquait Thomas Forichon, responsable du pôle territoire de la Chambre d'agriculture de la Loire, en raison de l'ingestion potentielle de gomme ou de fer issus de pneus dégradés. De plus, « des agriculteurs à la retraite ont trouvé un repreneur pour leur exploitation, mais pas pour leurs stocks de pneus... » complétait-il. Les pneus sont considérés comme des déchets, mais en l'absence de filière de recyclage réellement organisée et à coût raisonnable, le risque de dépôts sauvages est grandissant. Ainsi, face à des sollicitations croissantes d'agriculteurs pour se débarrasser de leurs pneus, la Fédération départementale des comités de développement agricole et la Chambre d'agriculture ont pris les choses en main et sollicité les collectivités.

 

Il aura fallu un an pour que la première collecte voit le jour, cet automne. 2019 a été une année test avec 293 t de pneus collectées dans 48 exploitations du Comité de développement agricole Entre Loire et Rhône. Les agriculteurs de ce territoire ont été sollicités pour s'inscrire à cette collecte. Un rendez-vous pour apporter leurs pneus leur a ensuite été donné sur l'une des deux plateformes mises à disposition par la communauté de communes Forez-Est, l'une à Epercieux-Saint-Paul et l'autre à Panissières. Deux agriculteurs à la retraite ont veillé à ce que la collecte se déroule bien et avaient en charge la pesée de manière à facturer en conséquence à l'agriculteur.

Coût optimisé et partagé

Le coût de l'opération a été de 250 euros HT la tonne, comprenant la collecte, le chargement, le transport et le recyclage. Les collectivités que sont le Département et Forez-Est ont pris à leur charge 100 euros (la moitié chacune). Le reste est à la charge de l'agriculteur apporteur. La Fédération des comités de développement a porté la collecte. Elle a d'ailleurs dû changer ses statuts pour s'assujettir à la TVA, afin que la structure et les agriculteurs puissent récupérer la TVA. La Chambre d'agriculture de la Loire a mis à disposition des agents de la structure pour l'organisation de la collecte. Le groupement d'employeur Agri emploi 42 a été sollicité par la fédération des comités de développement pour l'embauche des deux agriculteurs retraités.

 

Signature de la convention de partenariat organisant la collecte des pneus agricoles usagés entre le Département de la Loire, Forez-Est, la Fédération départementale des comités de développement agricole et la Chambre d'agriculture de la Loire.


La société Alipur s'est chargée de la collecte et du recyclage des pneus. Parmi les pneus qu'elle collecte chaque année, 15 % sont rechapés et vendus en occasion. Les 85 % restants sont recyclés et valorisés dans diverses filières. Les pneus agricoles collectés ont connu une valorisation énergétique : ils ont été broyés et utilisés comme combustible en substitution du charbon. Jean-Michel Merle, président de Forez-Est, s'était porté volontaire pour cette phase test de collecte de pneus. Il s'est dit « fier de pouvoir apporter une réponse aux agriculteurs » pour la collecte de ces pneus, lui qui avait été sollicité à plusieurs reprises, ces dernières années, par les responsables du comité de développement, Philippe Vignon en tête. « Il y a quelques années, certains étaient contents d'offrir aux agriculteurs des pneus usagers. Maintenant, les agriculteurs doivent payer pour s'en débarrasser, complétait Jean-Michel Merle. La communauté de communes ne pouvait qu'apporter une réponse positive à cette problématique. »


Raymond Vial, président de la Chambre d'agriculture, félicitait les agriculteurs qui ont participé à cette collecte : « Dans cette conjoncture difficile, ce n'est pas facile de demander aux agriculteurs de payer pour évacuer leurs pneus. La Loire a été exemplaire pour la mise aux normes, pour l'intégration des bâtiments..., mais il reste des tas de pneus sur les exploitations. Il fallait faire quelque chose. » Pour Evence Richard, préfet de la Loire, « cette convention traduit une première étape d'une démarche ambitieuse qui repose sur une volonté de défendre l'image du département. L'Etat est sensible à cette démarche. Il n'apporte pas de finances, mais il a été facilitateur en réunissant les collectivités ».

Et ensuite ?

« Zones humides, pisciculture, préservation du foncier... tout ça mis bout à bout constitue une politique soucieuse de l'environnement, du paysage, de l'intérêt touristique, intervenait le président du Conseil départemental, Georges Ziegler. L'authenticité, c'est ce qui fait le charme de la Loire. Or, les pneus ne sont pas authentiques... » Pour lui, cette première collecte constitue une belle opération, mais « nous devrons passer à la vitesse supérieure. Nous avons prévu cinq ans pour éliminer 9 000 t de pneus. Nous ne lâcherons rien. Nous finirons par avoir la peau des pneus ! »


Danielle Petit, présidente de la Fédération départementale des comités de développement, s'est félicitée de l'avance prise par la Loire vis-à-vis des réflexions en cours à l'échelle nationale sur la collecte et le recyclage des pneus agricole, et espère que les collectivités continueront à aider cette collecte. Et la suite de cette collecte semble sur la bonne voie puisque Saint-Etienne Métropole s'est engagée dans les mêmes conditions financières que Forez-Est pour la collecte sur son territoire en 2020. Danielle Petit a bien évidemment remercié tour à tour les agriculteurs-apporteurs, les élus de la Chambre d'agriculture et des comités de développement, les services du Département, de Forez-Est et de la préfecture « qui ont eu une oreille attentive », les agents de la Chambre d'agriculture, les agriculteurs à la retraite.

Lucie Grolleau Frécon

 

 

Mots clés : CHAMBRE D'AGRICULTURE LOIRE AGRICULTURE RECYCLAGE CONSEIL DÉPARTEMENTAL COMITÉS DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE PNEUS FOREZ-EST