Cuma des Côtes de Périgneux

Charrue-déchaumeuse : une première dans la Loire
Retour sur la mise en route, qui avait lieu le 20 juillet.

Pour la mise en route de la charrue-déchaumeuse de la Cuma des Côtes de Périgneux, une vingtaine de personnes étaient présentes.

Pour la Cuma des Côtes de Périgneux, tout a commencé autour d'une réflexion d'acheter une charrue supplémentaire cinq cors. Puis, après quelques réunions, des adhérents en agriculture biologique ont soumis l'idée de partir sur un projet de charrue-déchaumeuse. L'idée a plu... Aujourd'hui le choix et l'achat ont été faits. La Cuma compte une dizaine d'engagés sur l'activité et n'est pas fermée pour en avoir plus. Un travail en inter-Cuma avec les Cuma voisines pourrait être envisageable à l'avenir.


Pour la mise en route de l'outil, jeudi 20 juillet après-midi, une vingtaine de personnes étaient présentes chez Pierre Dupin, président de la Cuma des Côtes de Périgneux. Il a été présenté par le constructeur de chez Ovlac, Sanchez Damien, et le concessionnaire/distributeur local, Denis Genévrier (SARL Genévrier à Saint-Nizier-de-Fornas). Plusieurs essais au champ ont été effectués, après avoir fait le tour des réglages et des diverses fonctionnalités que propose l'outil. Cette charrue-déchaumeuse de sept cors peut être extensible avec deux cors supplémentaires (9 cors). Elle peut enfouir 6 à 7 cm de terre à 100 %. Elle est conçue pour travailler jusqu'à 27 cm de profondeur maximum (cas extrêmes).

Technique

Cette charrue-déchaumeuse est composée d'une roue avant et d'une roue arrière pour le suivi des sols et la portance. C'est une machine semi portée en position de travail, qui est adaptée aux dévers. Elle n'a pas de contrôle d'effort et possède une tête oscillante. Elle est montée avec une sécurité à boulons non stop hydraulique (de 70 à 180 bars). La vitesse d'avancement est d'environ 7 à 8 km/heure (vitesse d'avancement de 17 km/ heure maximum dans de bonnes conditions agronomiques). D'un point de vue vitesse de chantier, les moyennes varient de 2 à 2,5 ha labourés à l'heure.


En termes de puissance, 110 cv minimum sont nécessaires pour pouvoir l'utiliser (prévoir 120 à 130 cv en zone de montagne). L'outil pèse près d'1,7 tonne. Le coût de ce type de matériel est d'environ 15 000 euros. Pour l'instant, la Cuma n'a pas encore décidé du prix de facturation de l'outil, mais les adhérents souhaiteraient tourner à un coût unitaire de 20 à 25 euros par hectare travaillé.

FDCuma de la Loire

 

Mots clés : LOIRE AGRICULTURE FDCUMA PÉRIGNEUX CUMA DES CÔTES CHARRUE-DÉCHAUMEUSE