Publié le 05/11/2018 à 13:00 / Lucie Grolleau

Ecosystèmes

Faire évoluer sa haie pour la rendre productive
Jeudi 27 septembre, un groupe d’agriculteurs de la Loire se déplaçait dans l’Allier. Ce voyage d’une journée, organisé par la Chambre d’agriculture de la Loire, avait pour but de découvrir un mode de gestion des haies vertueux pour l’environnement et les agriculteurs.

Même haie en 2018.

Gérard Vernis, éleveur en bovins allaitants dans le Bourbonnais, sur 110 ha, expliquait le profond changement opéré sur son exploitation il y a dix ans. Jusqu'en 2010, les 15 km de haies de l'exploitation étaient dans la majorité conduits en haie basse (haie taillée au carré à 1 m de hauteur). Cette pratique gourmande en énergie et main d'œuvre nécessitait près de 60 heures de travail par an. Suite à une réflexion globale sur son système d'exploitation et à l'appui technique de la Mission Haie Auvergne, M. Vernis a décidé de changer radicalement son mode de gestion des haies. Fini le passage de l'épareuse sur le dessus de la haie. Les haies montent et l'épareuse est passée latéralement afin d'éviter que la haie gagne en largeur.
Suite au changement de technique, la composition de la haie évolue rapidement. Les ronces et les pruneliers laissent place aux chênes, érables, sureaux, merisiers, frênes... Les haies expriment un potentiel de biomasse conséquent. Le temps de travail à l'épareuse est diminué par deux.

Haie de l’exploitation en 2010.

 

Du bois valorisé en plaquette

Tous les deux ans, l'exploitation fait intervenir la Cuma de l'Allier pour prélever le bois de la haie et le déchiqueter. Le plan de gestion réalisé en 2010 tablait sur une production annuelle de 35 MAP/an (Mètre cube apparent de plaquette) dans une configuration en haie basse. Le changement de gestion des haies de l'exploitation couplé à une plantation de boisement en bord de cours d'eau laisse espérer une production annuelle de bois de 90 MAP à l'horizon 2025. M. Vernis valorise actuellement 50 MAP pour la chaudière à plaquette de sa maison. Un surplus de plaquette est utilisé en paillage pour les bovins à l'intérieur du bâtiment. D'ici quelques années, les prélèvements plus conséquents de bois issu des haies lui permettront de diminuer fortement les achats de paille (4 MAP = 1 tonne de paille).
Ce changement de pratique est très favorable pour l'exploitation : les haies hautes apportent plus de confort aux animaux, été comme hiver, le temps de travail est fortement diminué et la production de biomasse de la haie permet de diminuer les achats de paille à terme. Un changement de pratique qui satisfait pleinement Gérard Vernis.
Les agriculteurs souhaitant valoriser leurs haies et changer leur mode de gestion peuvent contacter Thibaut Polette à la Chambre d'agriculture de Feurs, au 04.77.92.12.12 ou par mail thibaut.polette@loire.chambagri.fr

 

Thibaut Polette, Chambre d'agriculture de la Loire

 

Mots clés : HAIES BOIS DÉCHIQUETTE