Publié le 11/02/2019 à 08:25 / Talluto Franck

Meal Canteen

Une expérimentation pour réduire le gaspillage dans les cantines des collèges
Jusqu'en juin, le Département mène dans deux collèges de Saint-Chamond et Saint-Just-Saint-Rambert une expérimentation visant à réduire la quantité d'aliments non consommés. Limiter le gaspillage doit générer des économies permettant un approvisionnement encore plus qualitatif.

Une expérimentation pour réduire le gaspillage dans les cantines des collèges

Depuis le 7 février, le Département mène une expérimentation dans deux collèges de la Loire. À Ennemond-Richard (Saint-Chamond) et Anne Franck (Saint-Just-Saint-Rambert), où était présentée la démarche 48 heures plus tôt, les élèves demi-pensionnaires sont dorénavant invités à réserver leur repas du lendemain et à en choisir le détail par l'intermédiaire de l'application Meal Canteen. L'objectif est clair : réduire le gaspillage des denrées alimentaires en permettant à ces restaurants scolaires de s'approcher au plus près des quantités consommées. Pour ce faire, un tableau de bord fournit chaque matin aux équipes en charge de la restauration une indication sur les volumes à préparer.

 

Accessible sur mobile, tablette, ordinateur (notamment pour les enfants ne disposant pas de smartphone), ce dispositif présente d'autres intérêts selon le fondateur de la start-up stéphanoise qui l'a conçu et développé pour toutes les formes de restauration collective. « Chaque personne qui a réservé est assurée de disposer des mets qu'elle a choisis, y compris les retardataires. Cela évite de déjeuner par défaut, ce qui génère du gaspillage. Les menus de la semaine sont consultables et des indicateurs valorisent la provenance des produits (bio, etc.) », détaillait Denis Olivier.

 

Il citait aussi la possibilité offerte aux collégiens de donner leur avis de manière anonyme. Cela peut aider le chef à identifier des leviers de progression : les plats qui ont le plus de succès, s'il y a trop de sel, si la cuisson était satisfaisante, etc. Enfin, un outil de discussion en ligne donne la possibilité aux familles de dialoguer avec la cantine, par exemple pour donner des idées, être informées de changements de menus de dernière minute (allergies), etc.

Une action incitative, pas répressive

L'action de Meal Canteen se veut « incitative, pas répressive ». En clair, son équipe va motiver les collégiens à s'emparer du dispositif avec des contreparties : places de cinéma offertes après un certain nombre de réservations, desserts proposés exclusivement aux adolescents ayant commandé leur repas via l'application, etc. « On peut même imaginer un coupe-fil pour éviter aux utilisateurs de faire la queue. A nous de trouver comment motiver les collégiens », ajoutait Denis Olivier.

 

Comme le soulignait sa proviseure, Sandrine Dupuy, le collège Anne Frank privilégie un approvisionnement en produits bio et locaux pour nourrir les 650 élèves qui déjeunent quotidiennement sur place. « Travailler sur le gaspillage est l'une des solutions pour respecter le budget », soulignait-elle. « A une époque où l'argent est rare, le Département ne cherche pas forcément à dépenser moins, mais à dépenser juste, indiquait son président, Georges Ziegler. Le meilleur déchet est celui qu'on n'a pas produit. Or, nous préparons deux millions de repas par an et, quand on sait que la moyenne nationale est de 115 g gaspillés par repas, cela représente un paquet de tonnes... Au-delà de l'économie, il y a aussi la perspective de moins consommer et, donc, d'être acteur de la défense de l'environnement. »

Évaluation puis généralisation ?

Selon la vice-présidente du Conseil départemental, cette démarche qui s'inscrit dans le cadre du plan Jeunes – Acte II : les 11-16 ans déjà citoyens a aussi une portée éducative pour les rendre acteurs de leur alimentation. « Le temps de restauration et la qualité des repas est un enjeu identifié de longue date, disait Michèle Maras. Dans la vie familiale, on a peut-être un peu perdu ce temps d'échange que constitue le repas. Cette éducation à la restauration est importante et le collège est un âge intéressant pour cela. »

 

Pour l'heure, le Département mène cette expérimentation jusqu'en juin avec un budget de 12 000 euros. « Meal Canteen se rémunère sur l'économie réalisée par la cantine », a expliqué son fondateur, indiquant que, « en 2016, l'Ademe estimait la perte moyenne à 0,68 euro par repas en Rhône-Alpes ». Des bilans mensuels, des indicateurs anti-gaspillage et une enquête de satisfaction, notamment, serviront à dresser une évaluation de cette opération. Si celle-ci s'avère concluante, elle sera généralisée à l'ensemble des 38 collèges préparant eux-mêmes les repas sur les 50 dont le Département a la responsabilité, a annoncé son président.

Franck Talluto
Mots clés : GASPILLAGE LOIRE DÉPARTEMENT SAINT-JUST-SAINT-RAMBERT SAINT-CHAMOND CANTINES MEAL CANTEEN RESTAURANTS SCOLAIRES COLLÈGE ANNE-FRANK COLLÈGE ENNEMOND-RICHARD