SIA

« L'agriculture vous tend les bras », thème du SIA 2020
Le Salon international de l'agriculture entend faire découvrir les métiers de l'agriculture pour susciter de nouvelles vocations. La diversification du secteur constitue un atout auprès des jeunes, selon les organisateurs.

L’égérie du Salon international de l’agriculture 2020, Idéale, est issue de l’élevage Goujat, à Cours-la-Ville dans le Rhône.

L’édition 2020 du Salon international de l’agriculture (SIA), qui aura lieu du 22 février au 1er mars prochain, Porte de Versailles à Paris, sera placée sous le signe de l’ouverture au monde urbain, avec la volonté affichée d’attirer les vocations aux différents métiers de l’agriculture. « Nous avons choisi ce thème pour expliquer pendant neuf jours à nos concitoyens que l’agriculture française n’est pas fermée au monde extérieur », explique Jean-Luc Poulain, le président du Ceneca (1) et du Salon international de l’agriculture. « L’agriculture a besoin de bras, de compétences et d’idées mais aussi de profils très divers, du CAP au BAC +5 », a-t-il poursuivi avant de souhaiter que le SIA 2020 soit l’occasion de « lever les interrogations, les non-dits et les fausses nouvelles concernant l’agriculture ».

Les visiteurs viennent pour s’informer

« Le Salon constitue une excellente occasion de faire de la pédagogie », complète Valérie Le Roy, la directrice du SIA depuis trois ans. « La visite des animaux, qui constituait naguère le principal motif de visite du Salon de l’agriculture, n’arrive plus aujourd’hui qu’en troisième position dans les motivations du public », assure-t-elle. « En tête des priorités des visiteurs figure leur volonté de découvrir et s’informer, pour 86 % d’entre eux, selon les enquêtes que nous menons. » Selon elle, près de la moitié des visiteurs interrogés affirment avoir appris quelque chose d’utile à leurs réflexes de consommation ou quant au regard qu’ils portent désormais sur l’agriculture et ses débouchés. Si le thème des métiers de l’agriculture et de leur attractivité sera représenté sous l’ensemble des pavillons, il sera particulièrement à l’honneur sur l’espace Agri’Recrute, qui permet de dialoguer avec des professionnels des filières de formation et d’écouter des témoignages sur les perspectives d’emploi qu’offre le secteur agricole.

 

« Le Salon sera notamment l’occasion de montrer que les métiers de l’agriculture se sont considérablement diversifiés ces dernières années, et cela dans toutes les filières. Il y a de la place pour des approches très différentes de la production et donc pour des profils très variés », assure Jean-Luc Poulain. « L’important pour nous est de donner du sens à notre travail », témoignent Gwendoline Palmer et Mahdi Nakechbandi, elle qui vient du marketing et lui ancien ingénieur en mécanique. Le couple, installé depuis début 2019 dans le Calvados, a commencé à produire légumes et pommes à cidre et a ouvert un atelier de poules pondeuses.

 

Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a félicité les organisateurs d’avoir retenu le thème de l’ouverture au monde extérieur. « Il faut rassembler la société française derrière son agriculture », souhaite Didier Guillaume, estimant que la page de l’agribashing « était encore loin d’être tournée ». « Je vois différents signes positifs sur l’attractivité de l’agriculture, y compris hors cadre familial, assure-t-il. En 2018, nous avons comptabilisé 12 000 installations en agriculture, contre environ 15 000 départs à la retraite. Le renouvellement est donc possible ». Autre signe positif : la recrudescence du nombre d’élèves en lycée agricole : « Il y en a eu 4 750 en plus lors de cette année scolaire », s’est-il réjoui.

 

(1) Centre national des expositions et des concours agricoles

 

Le Concours général agricole fête ses 150 ans

L’édition 2020 du SIA sera marquée par les 150 ans du Concours général agricole (CGA). La première manifestation organisée sous cette appellation s’est en effet tenue en 1870 au Palais de l’Industrie. « Le grand public connaît bien les concours d’animaux, celui des vins et celui des produits, mais beaucoup moins les catégories consacrées aux jeunes professionnels et aux pratiques écologiques », relève Valérie Le Roy, la directrice du SIA. Les 500 commissaires des concours et les 6 000 jurés seront ainsi particulièrement mis à l’honneur.
Mots clés : SALON INTERNATIONAL DE L'AGRICULTURE FÉVRIER 2020 JEAN-LUC POULAIN PORTE DE VERSAILLES À PARIS