Publié le 28/04/2020 à 08:00 / Lucie Grolleau

Vêlages d’automne

Pâturage tournant : des résultats prometteurs sur la croissance des broutards
D’après une expérimentation (qui se poursuit) à la Ferme de Jalogny (71), le pâturage tournant pour les couples mères – veaux nés à l’automne permettrait une économie de concentrés et un poids de vente plus élevé des broutards.

Des résultats intéressants sur la consommation de concentrés et la croissance des broutards nés à l’automne ont été mis en évidence par une expérimentation conduite à la Ferme de Jalogny.

Après trois années d'essais sur le niveau de complémentation hivernale de veaux mâles nés à l'automne pour la production de broutards de 380-400 kg vifs vendus en juin à neuf mois, la ferme expérimentale de Jalogny (Saône-et-Loire) a poursuivi les essais en mettant en place un pâturage tournant au printemps 2019. Les premiers résultats sont prometteurs.
Pour produire des broutards de 380-400 kg vifs à neuf mois au sevrage, la croissance sous la mère visée doit être de 1 300 g/j (naissance-vente). Le prérequis est de s'assurer d'une bonne production laitière en couvrant les besoins alimentaires des mères.
En bâtiment (novembre à mars), deux niveaux de complémentation journalière sont comparés : 1,5 kg (lot Haut) et 1 kg (lot Bas) de concentrés par tranche de 100 kg de poids vifs. Les veaux reçoivent deux fois par jour un mash fermier (50% d'orge aplatie + 25% de pulpes de betteraves déshydratées + 23,5% de tourteau de colza + 1,5% d'AMV 3-25) et ont à volonté un foin appétant (0,6,kg brut/jour consommé). En 2018/2019, la consommation de 75 kg de concentré en plus par veau sur la période hivernale dans le lot Haut (311 kg) comparé au lot Bas (236 kg) a permis une croissance supérieure de 200 g/j, soit 26 kg supplémentaires de gain de poids vif.

 

Effets du pâturage tournant

Au pâturage (avril à juin), dans les précédents essais, les couples mères-veaux étaient réunis en un seul lot (+ de 20 vaches) au pâturage en alternant sur deux grandes parcelles. Pour mieux comprendre les effets du niveau de complémentation hivernale sur les performances au pâturage et mesurer une éventuelle croissance compensatrice du lot Bas, en 2019, les lots sont restés séparés sur deux circuits de trois parcelles conduits en pâturage tournant. Une complémentation au nourrisseur (50% d'orge, 48,5% de pulpes et 1,5% d'AMV 3-25), plafonnée à 3 kg/veau/jour, permet de pallier les aléas de qualité et quantité d'herbe disponible. Cette conduite a permis des croissances élevées au pâturage (1 725 g/j pour le lot Haut et 1 609 g/j pour le lot Bas), avec des consommations moyennes de concentré de 1,35 kg/veau/jour pour le lot Haut et 1,10 kg/veau/jour pour le lot Bas. Pour comparaison, sans pâturage tournant, des consommations de concentré au pré entre 2,3 et 2,8 kg/tête/jour suivant les années avaient été observées, soit une économie de 100 à 170 kg de concentré par veau en 2019 sur la phase de pâturage.

Evolution des poids moyens des veaux mâles de la naissance au sevrage.
Les croissances observées en 2018/2019 ont été élevées tant en bâtiment qu'au pâturage et ont permis d'obtenir des poids de vente au sevrage plus élevés que les années antérieures avec moins de concentrés consommés. Bien que prometteuse, l'observation de la réduction de consommation de concentré grâce au pâturage tournant doit être confirmée par la répétition de l'essai en 2019/2020.

 

Julien Renon, Ferme de Jalogny (71)
Mots clés : PÂTURAGE TOURNANT VÊLAGES D'AUTOMNE BROUTARDS