Publié le 10/01/2019 à 13:40 / Talluto Franck

Peste porcine africaine

Déclaration obligatoire de détention de porcs
Depuis le 1er janvier 2019, toute détention de porcs ou sangliers doit obligatoirement etre déclarée.

Déclaration obligatoire de détention de porcs

Le nombre de cas de peste porcine africaine (PPA) confirmés chez des sangliers retrouvés morts en Belgique évolue à la hausse. De nouveaux cas ont été retrouvés plus à l'ouest et se rapprochent donc de la frontière française. Cette maladie strictement animale ne touche que les suidés (porcs et sangliers). La contamination du cheptel français aurait de lourdes conséquences pour la filière, notamment la fermeture du marché à l'exportation pour les viandes et les animaux vivants. Depuis le 1er janvier 2019, toute détention de porcs ou sangliers doit obligatoirement etre déclarée. Cette déclaration déjà obligatoire pour les professionnels s'impose désormais aux particuliers qui détiennent un porc ou un sanglier pour leur consommation personnelle ou en tant qu'animal de compagnie. Elle est à faire auprès de l'EDE (Etablissement départemental de l'élevage) de la Loire au 04.77.92.12.36.


Cette déclaration obligatoire a pour objectif de garantir la traçabilité des animaux. Cette traçabilité est indispensable et primordiale pour lutter efficacement contre les maladies animales, et plus particulièrement contre la Peste porcine africaine. Tous les porcs qui quittent leur exploitation de naissance doivent, quelle que soit leur destination, etre identifiés et accompagnés d'un document de circulation. L'absence de déclaration est punie d'une amende contraventionnelle de 1 500 euros.


Par ailleurs, la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) rappelle l'importance des mesures de biosécurité obligatoires en élevage visant à éviter toute introduction du virus, tant dans les élevages professionnels que dans les élevages familiaux de un à cinq porcs. Tout détenteur de porcins ou de sangliers doit notamment veiller à :
- ne pas nourrir les porcs et les sangliers avec des déchets alimentaires ;
- empêcher tout contact entre les porcs et les sangliers sauvages (clôtures aux normes, murs, mise en batiment, etc.) ;
- revêtir une tenue et des bottes propres et dédiées à l'élevage de porcs ou sangliers ;
- ne pas introduire de porc ou de sanglier venant d'un pays infecté (Belgique, Hongrie, Estonie, Lettonie, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Ukraine, Moldavie, Russie, Sardaigne) ;
- pour les éleveurs également chasseurs, ne pas introduire de matériel (tenue, bottes, voiture), trophée, chien de chasse au sein de l'élevage.

 

La DDPP demande aux éleveurs de contacter leur vétérinaire s'ils observent les signes cliniques de la maladie : perte d'appétit, fièvre de plus de 40°, abattement, rougeurs sur la peau (oreilles et abdomen), mortalité anormale.

Mots clés : LOIRE ÉLEVAGE PORCS DDPP SANGLIERS COCHONS PESTE PORCINE AFRICAINE