Insee
Comptes de l’agriculture : hausse généralisée des prix

L’Insee a publié, le 7 juillet, les comptes provisoires de l’agriculture pour 2021. La production agricole augmente de 7,7 %, avec de grandes disparités selon les productions. La valeur ajoutée brute augmenterait de 13,9 %.

Comptes de l’agriculture : hausse généralisée des prix

Après une année 2020 en demi-teinte qui avait vu la production perdre 1,9 % en valeur, la Ferme France s’est quelque peu reprise en 2021 avec une hausse de 7,7 %, a indiqué l’Insee lors de la publication des comptes provisoires de l’agriculture. « Cette forte augmentation est dominée par l’évolution des prix dans le contexte général de hausse du prix des matières premières », souligne l’Insee. Encore faut-il se pencher sur les différentes productions qui ne sont pas toutes logées à la même enseigne. Ainsi, les productions végétales gagnent 12 %. Cette hausse est nettement plus marquée pour les grandes cultures (céréales oléagineux et protéagineux) dont les prix bondissent de plus de 50 % en valeur et en moyenne « sous l’effet conjugué de la hausse des récoltes et l’envolée des prix consécutive au dynamisme de la demande mondiale », précise l’Insee. Par ailleurs, celui-ci indique que le rendement des cultures s’est amélioré avec des récoltes en hausse pour le blé tendre (+ 21,4 %), l’orge (+ 10 %) et le maïs (+ 11,3 %). Les betteraves sucrières aussi ont repris des couleurs repartant à la hausse (+ 31,7 %) après une année 2020 catastrophique (-22,9 %). En revanche, ce sont les conditions climatiques, en particulier le gel du mois d’avril et « une météo estivale humide favorisant l’émergence de maladies », qui ont fait reculer la production viticole en 2021 de 17,6 %. Les fruits, exposés aux mêmes aléas n’ont pas été épargnés non plus, avec une production en baisse de 17 %. De leur côté, les productions animales sont en léger repli (- 2,1 %), avec une diminution plus marquée pour les gros bovins (- 3,2 %) et les porcins (- 2,5 %) que pour les ovins-caprins (- 2,0 %), les volailles (- 1,7 %) et les veaux (- 1,3 %). Seuls les œufs accusent un solde positif (+ 3,5 %). 

Des prix en hausse

Les volumes de production et le jeu de l’offre et de la demande impactent mécaniquement les niveaux de prix. Celui des productions végétales gagne 12,1 %. « Les prix des céréales (+ 28,8 %) sont soutenus par une demande dynamique et une production mondiale contrainte. Le prix du blé tendre est tiré à la hausse par des mauvaises récoltes en Russie et aux États-Unis, des stocks mondiaux en baisse pour la deuxième année consécutive », analysent les experts de l’Insee. Le prix des oléagineux a explosé : + 44,2 % notamment en raison de la mauvaise récolte de canola au Canada, premier pays producteur au monde. Côté productions animales, la baisse de production a joué en faveur d’une augmentation modérée des prix : + 3,9 % au global, avec, là encore des disparités par production : + 4,3 % pour le lait, + 5,9 % pour les gros bovins, + 6,5 % pour les volailles + 6,9 % pour les veaux, + 8,7 % pour les ovins-caprins. En revanche, le prix du porc cède 4,4 % « sous l’effet de l’affaiblissement de la demande asiatique et du niveau élevé des stocks européens », précise l’Insee. Au total, la valeur ajoutée brute au coût des facteurs par actif augmente de 11,5 % en 2021 en termes réels, après une baisse de 1,1 % en 2020. L’étude de l’Insee pointe aussi une hausse des coûts intermédiaires : + 3,3 % sur l’ensemble de la Ferme France. « Cette augmentation du prix des achats s’explique essentiellement par la remontée des prix de l’énergie (+ 20,7 %), alourdissant significativement la facture énergétique (+ 20,6 %) des exploitations agricoles, les volumes étant stables », soulignent les experts. De même, les dépenses d’achat d’aliments pour animaux auprès des industries agroalimentaires augmentent de + 10,9 %. Autant d’éléments intangibles qui mettent à mal les allégations de patrons de la grande distribution qui nient la réalité des hausses qu’ils jugent purement spéculatives ! D’ailleurs, comme l’indique fort justement l’Insee, les comptes de l’agriculture ne mesurent pas et donc ne reflètent en aucun cas le revenu disponible des ménages dont la personne de référence est agriculteur.

Christophe Soulard