Service de remplacement Loire
Ne pas faire courir de risques aux salariés

Véronique Murat, présidente du Service de remplacement Loire, explique pourquoi l’activité de l’association est actuellement réduite.
Ne pas faire courir de risques aux salariés

Les remplacements d'agriculteurs sont limités pour protéger les salariés en cette période d'épidémie de Covid-19. « Il faut éviter les malades dans nos équipes pour pouvoir répondre aux demandes. La situation pourrait vite être compliquées si beaucoup d'agriculteurs étaient malades. » Le Service de remplacement Loire tourne donc au ralenti en ce moment : « Les activités sont recentrées sur les remplacements pour motif de maladie et d'accident, mais aussi pour les congés maternité et paternité qui ne peuvent pas être reportés. »
Véronique Murat explique aussi que « nous essayons de laisser au maximum le même salarié sur la même exploitation, mais ce n'est pas toujours facile ». L'objectif est d'éviter de multiplier les contacts entre personnes pour ne pas faire prendre de risques à qui que ce soit. Le remplacement pour complément de main d'œuvre n'est pas possible, pour les mêmes raisons.

 

Consignes précises

Pour éviter la propagation du Covid-19, les responsables du Service de remplacement Loire ont bien évidemment équipé les salariés de gants et de désinfectant, et ont transmis des consignes précises sur les gestes barrières. « Ils doivent désinfecter l'intérieur du tracteur à la première utilisation, tout comme le matériel de traite. C'est toujours le premier jour de remplacement sur une exploitation qui est problématique. Quand l'agent de remplacement est seul sur l'exploitation, la situation vis à vis du coronavirus est plus simple à gérer. »
Véronique Murat invite les agriculteurs qui font appel au service de remplacement à bien prendre en considération les recommandations en matière de gestes barrières. Elle insiste aussi sur la nécessité pour les agriculteurs d'informer les administratifs du Service de remplacement s'ils sont porteurs du Covid-19, ceci pour que les agents soient encore plus vigilants. « Ce n'est pas une maladie honteuse. Notre objectif est de limiter la propagation de la maladie et de ne pas faire courir de risques aux salariés. » La présidente sur Service de remplacement Loire avoue que jusqu'à présent, d'après les retours qu'elle a, peu d'agriculteurs ont contracté la maladie.

Cette période de confinement est peut être « l'occasion pour les jeunes de réfléchir à leur emploi estival et de se laisser tenter pour travailler au Service de remplacement ». Véronique Murat confie que de nombreux agriculteurs ont déjà réservé le Service de remplacement pour leurs vacances d'été. « Il nous faudra des salariés pour répondre à toutes les demandes. Et ce sera compliqué si des agriculteurs et des agents sont malades du Covid-19. »

 

LGF