Politique
Le conseil régional a adopté son budget 2023 à huis clos

Les 16 et 17 décembre, la séance plénière du conseil régional, traditionnellement ouverte au public, s'est déroulée à huis clos. Après avoir expliqué craindre une action violente à l’intérieur de l’hémicycle, le président de la Région a détaillé le contenu du budget primitif 2023.

Le conseil régional a adopté son budget 2023 à huis clos
En amont de l’assemblée plénière du conseil régional, Laurent Wauquiez a annoncé un second plan Marshall à destination des lycées de la région. ©LR

À l’Hôtel de Région, la dernière assemblée plénière de l’année s’est tenue dans une ambiance particulière. Et pour cause : le public ne pouvait y assister. « Nous avons été alertés par les services de la préfecture qu’un groupe extrémiste envisageait une action qui potentiellement pouvait être violente à l’intérieur de l’hémicycle », a introduit le président de la Région, Laurent Wauquiez.

Ces deux jours de vie démocratique se sont finalement déroulés sans intrusion, mais à huis clos. Dans de telles conditions, difficile d’entamer des débats apaisés. L’enjeu était pourtant de taille, puisque la majorité a présenté et soumis au vote le budget primitif de 2023.

Soutenir l’économie et la performance énergétique

Après avoir loué une épargne brute qui a augmenté (voir encadré) et une dette maîtrisée, la figure de proue des Républicains a présenté un investissement record à destination de la région Auvergne-Rhône-Alpes en 2023. « Notre première obsession face à ce contexte est de protéger les habitants contre toute augmentation d'impôt », a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse.

Pour cela, Laurent Wauquiez a annoncé que sur le 1,4 milliard d’euros d’investissement, 392 millions d’euros seront dédiés au soutien de l’économie et de l’emploi. La priorité sera la relocalisation des industries. L’agriculture se voit, quant à elle, dotée de 112 millions d’euros. Pour rappel, cet été, Laurent Wauquiez avait déjà annoncé couper les financements européens (FEADer) dédiés aux zones Natura 2000, pour renforcer l’agriculture.

Dans un contexte de crise énergétique, le pôle d’investissement le plus important sera celui de la performance énergétique. La Région va se doter d’un budget d’un milliard d’euros pour investir dans la rénovation énergétique des entreprises et lycées. L’accent sera également mis sur le développement des énergies renouvelables, via l’hydrogène, l’énergie solaire et la méthanisation.

Un ambitieux plan pour les lycées

« Nous n’avons plus aucun lycée classé en mauvais ou très mauvais état ! » C’est après avoir loué le premier plan Marshall de la Région dédiée aux lycées, que Laurent Wauquiez a annoncé une nouvelle enveloppe. Pour la période 2022-2030, 3,2 milliards d’euros vont être débloqués à cet effet. L’objectif d’une telle somme ? Améliorer la performance énergétique des établissements scolaires. Un projet déjà entamé lors du premier plan Marshall, dont la mise en place avait alors permis d’obtenir une baisse de 12 % de la consommation dans les lycées.

À présent, le but est d’atteindre une baisse de 40 % en 2030. Avec ce budget, la Région prévoit également l’ouverture de cinq nouveaux établissements, dont le lycée de Meximieux, du Pays de Gex (Ain), de Douvaine (Haute-Savoie), de Caluire et de Meyzieu (Rhône). Malgré les demandes de deux groupes d’opposition, aucun nouvel établissement dans le bassin d’Annecy ne verra le jour.

Enfin, 130 millions d’euros sont prévus pour les établissements agricoles. Lors de cette assemblée, le président de la Région a rappelé son engagement auprès de l’enseignement privé. Une enveloppe de 120 millions d’euros lui sera dédiée entre 2022 et 2027. Ce qui n’a pas manqué de faire grincer les dents du groupe d’opposition écologiste. Puis, à la majorité de rappeler que les lycées privés représentent 28 % des effectifs de la région et de se réjouir de l’adoption de ce volet en assemblée.

Léa Rochon

Un budget tenu et une note « AA »

Voilà une nouvelle qui a arraché un sourire au président de la Région, mais qui n’a pas forcément convaincu l’opposition. Dans un communiqué en date du 9 décembre, l’agence de notation américaine Standard & Poor’s a confirmé la note « AA » en faveur de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette note « indique la très forte aptitude de la Région à honorer ses obligations financières », a déclaré le cabinet du président. Elle représente également la note maximale qu’une collectivité peut obtenir. Toujours selon Standard & Poor’s, le pilotage des dépenses de fonctionnement du conseil régional et son niveau d’épargne brute significativement plus élevé que la moyenne des régions françaises, lui permettent d’obtenir la mention « AA+ » en termes de qualité de crédit intrinsèque. De quoi réjouir celui qui ne perd pas une occasion de rappeler la bonne gestion financière de la Région.