Réglementation
Nitrate d’ammonium : bien stocker ses engrais et prévenir les accidents

À l’origine des deux explosions à Beyrouth le 4 août dernier, le nitrate d’ammonium est remis en cause pour avoir causé une centaine de décès et avoir blessé des milliers de personnes dans la capitale libanaise. Face à cette situation, le ministère de l’Agriculture français rappelle les règles de stockage pour les agriculteurs qui manipulent des produits commerciaux fabriqués à partir de cette substance.
Nitrate d’ammonium : bien stocker ses engrais et prévenir les accidents

Les engrais simples à base de nitrate d'ammonium, dont les principaux sont dénommés « ammonitrates », et les engrais composés, qui en plus de l'azote apportent un ou deux éléments fertilisants P et/ou K, et dont certains peuvent contenir du nitrate d'ammonium, sont aujourd'hui au cœur de l'actualité. Ce sont ces engrais à usage agricole, fabriqués à partir de nitrate d'ammonium, qui sont remis en cause suite à la double explosion survenue début août au port de Beyrouth (Liban).
Le danger associé aux ammonitrates (engrais à haute teneur en azote provenant du nitrate d'ammonium) est la détonation, rappelle le ministère français de l'Agriculture et de l'Alimentation sur son site Internet le 6 août. Cependant, le nitrate d'ammonium, même très concentré, n'est pas considéré comme un « explosif » mais seulement comme un explosif occasionnel. « Une explosion ne peut survenir que dans des conditions particulières, par exemple, quand l'engrais est contaminé par des matières incompatibles. Dans ces conditions, c'est-à-dire lorsque les normes s'imposant aux engrais agricoles ne sont plus respectées, le risque de détonation se trouve fortement accru en cas d'incendie. La réglementation française considère une concentration limite de 24,5 % en azote, soit 70 % en nitrate d'ammonium, en-dessous de laquelle le danger de détonation n'est plus pris en compte. »

 

Le phénomène de décomposition auto-entretenue

Les engrais composés à base de nitrates qui ne contiennent pas une forte teneur en nitrate d'ammonium ne sont pas susceptibles de détonation. Ils sont cependant, en cas d'élévation de la température, le siège d'une décomposition générant des gaz toxiques (dioxyde d'azote, acide chlorhydrique, chlore...) et, pour certains, ils peuvent présenter un phénomène de décomposition auto-entretenue (phénomène similaire à une cigarette qui se consume seule). « La décomposition auto-entretenue d'engrais composés se caractérise par : une température d'initiation pouvant être assez faible (à partir de 130°C) ; une période d'induction pouvant durer plusieurs heures, sans manifestation apparente ; une vitesse de propagation lente (quelques dizaines de centimètres par heure) ; l'absence de flamme ; la production en quantité importante de fumées toxiques denses et lourdes et un foyer difficile à localiser et à atteindre, généralement dans la masse du produit », précise le ministère de l'Agriculture.

 

Des règles strictes de stockage des engrais

Les dépôts d'engrais solides à base de nitrate d'ammonium relèvent de la réglementation des installations classées (ICPE). La nomenclature des ICPE susceptibles de créer des accidents majeurs impliquant des substances dangereuses est modifiée pour tenir compte des dispositions issues de la directive dite Seveso 3, et du règlement (CE) n° 1272/2008 du 16 décembre 2008 relatif à la classification, l'emballage et l'étiquetage des substances et des mélanges. « La directive définit aussi les quantités "seuils Seveso" de substances ou mélanges dangereux qui peuvent être à l'origine d'accidents majeurs ou qui présentent des dangers particulièrement importants pour la sécurité et la santé des populations ou pour l'environnement. » Dans ce cadre, le décret n° 2014-285 du 3 mars 2014 a mis à jour la rubrique des installations classées applicable à ce type de dépôts. Ce texte conduit à distinguer les engrais en fonction de leur potentiel de danger. Ainsi, sont différenciés les engrais à base de nitrate d'ammonium présentant un risque de décomposition auto-entretenue, ceux présentant un risque de détonation et ceux ne présentant aucun des deux risques mentionnés ci-dessus. Dans les engrais azotés simples et les engrais composés azotés binaires (NP ou NK) ou tertiaires (NPK), ne sont à prendre en compte que les engrais à base de nitrates (ex. ammonitrates). Les engrais azotés non à base de nitrates (ex. urée) ne sont donc pas comptabilisés. L'identification d'un engrais à base de nitrates peut se faire par la mention de l'azote nitrique dans les documents commerciaux.

 

Alison Pelotier (d'après la note du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation du 6 août 2020)

 

En savoir plus : https://agriculture.gouv.fr/les-engrais-base-de-nitrate-dammonium-le-stockage-et-les-risques-daccidents