Epidémie
Covid-19 : des mesures renforcées

Alors que la situation sanitaire du département vis-à-vis du Covid-19 se dégrade (1), la Loire est passée en zone de vigilance renforcée le 26 mars et la préfète a pris de nouvelles mesures.

Covid-19 : des mesures renforcées
Plus que jamais, les gestes barrières doivent être respectés pour limiter au maximum la propagation du virus.

En fin de semaine dernière, le département de la Loire a été placé en vigilance renforcée vis-à-vis du Covid-19 puisque l’épidémie progresse de manière significative. Un arrêté préfectoral portant diverses mesures visant à freiner la propagation du virus Covid-19 a été pris par Catherine Séguin, préfète de la Loire, en limitant les risques de rassemblements et de brassage de la population. Ces mesures ont commencé à s’appliquer samedi 27 mars et resteront en vigueur jusqu’au mardi 1er juin 2021 inclus.

Port du masque et autres mesures

Ainsi, le port du masque de protection dans l’espace public reste obligatoire pour toute personne de 11 ans et plus qui accède ou demeure sur la voie publique ou dans les lieux accessibles au public sur le territoire des 53 communes de Saint-Étienne métropole. Cette mesure est désormais applicable à toutes les communes du département de plus de 2 000 habitants. Cette obligation ne s’applique pas aux espaces naturels (chemins, forêts, bords de cours d’eau, …). Les randonnées ou autres activités organisées en groupe dans ces espaces doivent se tenir dans le strict respect des mesures sanitaires (groupe limité à six personnes, sans point de ravitaillement avec dispersion immédiate des participants au point d’arrivée). Cependant le port du masque reste obligatoire à chaque traversée de zones habitées ou urbanisées.

La vente d’alcool et la consommation d’alcool sur la voie publique sont interdites de 6 heures à 19 heures dans l’ensemble du département. Les rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique sont interdits (en dehors des manifestations autorisées, dans la stricte application des gestes barrières). L’organisation de brocantes ou de vide-grenier est interdite sur l’ensemble du département de la Loire. La diffusion de musique amplifiée sur la voie publique et/ou audible depuis celle-ci est interdite. Les commerces et centres commerciaux de plus de 10 000 m2 (hors alimentaire, pharmacie, services publics) ne peuvent accueillir du public et doivent fermer.

Responsabilité de chacun

Face à la propagation grandissante du Covid-19, la préfète de la Loire « en appelle à la responsabilité de chacun afin que les mesures de freinage de l’épidémie soient les plus efficaces possibles, indique le communiqué du 26 mars. Chacun peut et doit, par sa vigilance et le strict respect des gestes barrières, contribuer à freiner la propagation du virus ». Catherine Séguin rappelle alors les règles pour les établissements recevant du public et annonce que les contrôles sur le respect du couvre-feu et les jauges d’accueil sont renforcés.

Couvre-feu

L’objectif du couvre-feu est de limiter les rassemblements durant lesquels les mesures barrières sont moins bien appliquées et où le virus circule rapidement. Les sorties et déplacements sans attestation dérogatoire restent interdits de 19 heures à 6 heures sur l’ensemble du territoire.

Etablissements recevant du public

Les commerces autorisés à ouvrir doivent appliquer un protocole sanitaire strict :

- une densité d’accueil de 8 m2 par client dans l’ensemble des commerces (surface brute) ;

- une information renforcée des clients concernant les obligations relatives aux gestes barrières et l’affichage de la capacité maximale d’accueil du magasin, visible depuis l’extérieur ;

- une obligation de mettre en place un système de comptage, ou, pour les petits magasins, la capacité à connaître le nombre de personnes dans son magasin et de faire cesser les nouvelles entrées lorsque la capacité maximale d’accueil est atteinte.

La préfecture indique qu’une vigilance particulière est portée sur les restaurants et débits de boissons. Elle estime que le système de retrait de commande est susceptible de générer des rassemblements de personnes contraires aux règles sanitaires et à la mise en oeuvre des gestes barrières.

Le non-respect de l’interdiction de déplacement et des mesures barrières entraîne une amende de 135 €, pouvant aller pour les récidivistes jusqu’à 3 750€ passible de 6 mois d'emprisonnement. Les établissements recevant du public dans lesquels le protocole sanitaire n’est pas respecté s’exposent à une fermeture.

 

LGF, d’après communiqués de la préfecture de la Loire

 

(1) Au 26 mars : taux d’incidence de 305,2/100 000 ; taux de positivité de 8,3 % ; 375 personnes hospitalisées, 50 se trouvent en service de réanimation.